/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Gala Cinéma : Iris... que pas de passer à l’histoire

Coup d'oeil sur cet article

Oh la la ! Un décor quétaine, un numéro d’ouverture qui manquait de rythme et de punch, des blagues qui tombaient à plat et qui ne faisaient même pas rire la salle, des références que seuls les gens de l’industrie pouvaient comprendre : le gala 2019, censé nous rendre si fiers du cinéma québécois, ne risque pas de passer à l’histoire.

Déjà que l’année 2019 n’est pas un grand millésime pour le cinéma...

Déjà que beaucoup de films en nomination sont inconnus du grand public... S’il y a une année où il fallait mettre le paquet, où il fallait prendre le public par le collet pour le faire retomber en amour avec son cinéma, c’était bien 2019. Dommage que le gala d’hier soir n’ait pas été à la hauteur de ses ambitions.

MOT-CLIC : MALAISE

Permettez que je pose quelques questions...

- Pourquoi Edith Cochrane et Guylaine Tremblay ont-elles fait référence à deux reprises dans leur numéro d’ouverture à une controverse de financement et de congédiement à Téléfilm qui n’intéresse que LMTS (le milieu tricoté serré) au Québec ?

- Pourquoi les comédiens qui lisent des mots de présentation dans les galas ne sont-ils pas capables d’apprendre leur texte ? Ils lisent des télésouffleurs avec un ton monocorde. Misère, ce sont des comédiens !!!

- Était-on censés rire de la blague poche de l’humoriste Eddy King qui a dit à Mariloup Wolfe : « Je savais pas que t’étais réalisatrice. Je pensais que t’étais juste la meuf dans Ramdam ». Les « meufs », elles méritent un peu plus de respect.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

- Pourquoi a-t-on eu droit à des blagues de pet dans un gala dont on s’attend qu’il célèbre l’excellence ? La seule chose que les deux animatrices avaient à dire à propos de l’excellente Émilie Bierre (Une colonie), c’était de se demander si elle s’était « torché la face » à Toronto, quand elle a gagné le prix de la meilleure interprétation dans un premier rôle féminin au gala Écrans canadiens ! Misère, Mesdames, elle a 15 ans !!!

- Pourquoi Herby Moreau a-t-il renommé Le sucre dans la peau le film merveilleux de Renée Beaulieu qui s’intitule Les salopes ou le sucre naturel de la peau ?

- Pourquoi y a-t-il encore autant de films québécois où les comédiens marmonnent, baragouinent, ce qui fait que l’on manque le tiers des dialogues ? Articulez, bordel !

- Et une dernière question : y avait-il un spécial rideaux fluo en solde chez Linen Chest cette année, pour justifier que le décor du gala ressemble à un mélange entre une discothèque de sous-sol des années 1980 et un salon funéraire kitsch ? Y avait-il une vente de feu de tissus chez Bouclair ? Avant de déménager dans sa nouvelle maison à 144 millions $, Radio-Canada a décidé de se débarrasser de son vieux stock de rideaux ?

Avec tout le talent qu’il y a chez les artisans québécois du 7e art, c’est incroyable que la grande soirée du cinéma soit si... picpic.

YES WE CANNES

En fait, heureusement que Monia Chokri et Anne-Elisabeth Bossé sont venues offrir un peu de fantaisie dans cette soirée tristounette avec leur duo de feu et leurs blagues sur le Festival de Cannes.

Tiens, une idée de coanimation pour l’année prochaine ?