/opinion/blogs/columnists
Navigation

La société en couche

Coup d'oeil sur cet article

Personne ne choisit d’être sans-abri ou handicapé. Personne ne choisit de manger mou dans un CHSLD en portant une couche. Pourtant, ces réalités sont vécues par une partie de la population. L’autre partie, ce sont des chanceux qui ont gagné à la loterie de la vie.

Mercredi, Le Journal publiait les témoignages de préposés outrés d’avoir été obligés à porter une culotte d’incontinence le 22 mai dernier, lors d’une formation du Centre d’hébergement pour personnes âgées Claude-David à Repentigny.

Exiger que les employés en formation enfilent une couche, c’est discutable. Je ne sais pas si c’est la chose à faire. Par contre, je sais que cet événement a permis d’ouvrir la porte à des réflexions qui sont rarement à l’ordre du jour.

J’ai ainsi pu gratter une couche du vernis de l’individualisme qui semble primer dans notre société. Est-ce que le clivage entre les favorisés et les défavorisés est devenu si grand que de se placer dans la peau de l’autre pourrait être considéré comme un acte d’humiliation ?

Goûter aux réalités

Entrer dans le quotidien de parents d’un enfant autiste, se frotter à la réalité d’un aidant naturel qui n’en peut plus, éprouver le désarroi des immigrants remplis d’espoir d’une nouvelle vie et même avaler une bouchée de patates molles, ça favorise les rapprochements humains.

Je propose un programme national d’empathie de 24 heures. Que ceux qui marchent se déplacent en fauteuil roulant, que ceux qui ont un toit dorment dehors. Vous comprenez le principe : 24 heures pour titiller notre fibre humanitaire, pour arrêter de tout tenir pour acquis.

Je rêve d’une société qui accorderait davantage de respect aux autres et à leur condition, quelle qu’elle soit.

Il n’y a pas qu’à Noël que l’on devrait penser à déposer des denrées dans le panier des démunis. C’est nécessaire tout au long de l’année et l’empathie est une denrée rare.


♦ Madeleine Pilote-Côté est diplômée de l’École nationale de l’humour. Elle a remporté notre compétition « Les novices », visant à faire connaître à nos lecteurs de nouveaux chroniqueurs d’opinions.