/24m
Navigation

Les « autoroutes à vélos » vont aussi servir au commerce

Tour de l'ile de Montréal 2014, événement qui a eu lieu au départ du Tour de l'ile de Montréal à Montréal, Québec en ce dimanche 1 juin 2014.
 vélo bicyclette
Photo d'Archives, Agence QMI Tour de l'ile de Montréal 2014, événement qui a eu lieu au départ du Tour de l'ile de Montréal à Montréal, Québec en ce dimanche 1 juin 2014. vélo bicyclette

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs grosses nouvelles la semaine dernière : Montréal se prépare à utiliser une application antivol, Garage 529, réputée efficace contre le recel de vélo, vous annonçais-je en primeur dans ce journal. Au même moment, la mairesse Valérie Plante révélait ses plans pour ses cinq premières autoroutes cyclistes. Puis, surprise : Uber nous apprenait que la métropole sera le théâtre du déploiement-pilote (dans tout le Canada) de quelques centaines de ses bicyclettes électriques sans ancrage de marque JUMP, peut-être dès la mi-juin.

En creusant un peu, je trouve que ces trois nouvelles ne sont pas déconnectées.

1) La Ville et sa police n’ont plus le loisir de snober le fléau du vol de vélo après plusieurs décennies de relative inaction. Le vélo devient de plus en plus important autant dans la réalité que dans la philosophie du parti au pouvoir à l’hôtel de ville.

2) Cette importance du vélo sera accrue par l’espace supplémentaire qu’on lui ménagera sur des artères principales dans le cadre du Réseau express vélo qui ambitionne, je vous le rappelle, d’inclure 17 axes et 184 km de piste en ville.

3) Si le vélo peut espérer vraiment se populariser, c’est parce que (comme avec les modèles JUMP d’Uber) le moteur électrique permettra de circuler sur deux roues sans effort. Déjà, BIXI testait quelques modèles électriques l’an dernier qui fonctionnaient très bien ; les reverra-t-on ?

Situation londonienne (Source : Forbes)

À Londres, le commerce en ligne avec livraison offert par les Amazon ou Alibaba est une pratique beaucoup plus généralisée que par chez nous. La capitale du Royaume-Uni déborde de camionnettes de livraisons qui s’interbouchonnent, qui encombrent les trottoirs illégalement — ce qui leur vaut une pluie de contraventions —, et la vitesse moyenne des véhicules en 2019 est redevenue celle de 1880.

Une respectable compagnie de livraison, joliment appelée Absolutely et fondée en 1865, tire son épingle du jeu en préconisant les vélos-cargos électriques. Ceux-ci se faufilent dans la congestion, ont le droit d’emprunter les pistes cyclables et ne recueillent pas d’amendes de stationnement. Pendant qu’une de ses camionnettes livre de 10 à 12 colis, ses vélos-cargo en distribuent en moyenne un peu plus de 30. Dans ce contexte, la logique économique dicte une reconversion des flottes de livraison au vélo-cargo plus rapide et moins cher. Nos artères commerciales montréalaises piétonnisées ou « véloïsées » seront aussi des voies de commerce moins congestionnées que celles servant aux voitures. L’utilisation du vélo-cargo électrique pour le transport de biens et de nourriture devrait donc rapidement s’y normaliser.