/opinion/columnists
Navigation

Débat sur un génocide

Coup d'oeil sur cet article

Le rapport attendu de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) a généré surtout des commentaires sur son utilisation de l’expression « génocide planifié », mais peu sur ces 231 recommandations.

Il est vrai que le terme est fort, et on peut se demander si son utilisation sert bien la cause et les objectifs visés, mais ce qui m’inquiète surtout, c’est que ce rapport arrive bien tard au Canada.

Changement profond

Bientôt, notre été, s’il arrive, sera largement occupé par des dîners de hot-dog et de politiciens et aspirants politiciens souriants en vue de la prochaine campagne électorale fédérale.

S’il s’agit d’une période fertile pour les nouvelles idées et les engagements de toutes sortes, cette période est moins propice aux actions et aux modifications profondes demandées par le rapport de l’ENFFADA.

Les recommandations ou plutôt les « impératifs juridiques », comme on les nomme dans le rapport, sont complexes et nécessitent un engagement immédiat et intense.

Je pense notamment à la création d’un plan d’action national pour mettre en œuvre les conclusions de l’enquête ou encore à la mise sur pied d’un ombudsman national des droits des Autochtones et des droits de la personne ayant l’autorité de créer un tribunal national.

Avec un gouvernement en campagne électorale, on peut penser que ces recommandations ne seront qu’un appel sans réponse pour un moment. C’est pourquoi le dépôt tardif du rapport dans cette législation n’est pas idéal.

Révision policière

Le rapport contient aussi plusieurs recommandations de corrections des pratiques policières, certaines visant même des unités d’enquête sur les pratiques des corps policiers.

Parions qu’elles seront regardées avec attention surtout depuis que la vidéo controversée d’une jeune Autochtone violée a refait surface. Mais y aura-t-il modification des pratiques ? Si on en croit les suites du rapport Ménard, il ne faut pas trop rêver.