/world/europe
Navigation

L’euthanasie de Noa Pothoven n’a pas été autorisée

Coup d'oeil sur cet article

L'adolescente de 17 ans n'a pas été euthanasiée en toute légalité aux Pays-Bas, dimanche, comme l'ont rapporté de nombreux médias partout dans le monde.

Noa Pothoven souhaitait mette fin à ses jours en raison de souffrances psychologiques qu’elle a développées à la suite d’agressions et d'un viol. 

L'adolescente, qui était active sur les médias sociaux, a diffusé un long message sur sa page Instagram, dans lequel elle a raconté qu’elle «respirait, mais qu’elle ne vivait plus», rapporte le New York Post.  

Les agressions sexuelles et les viols dont elle a été victime lorsqu’elle était plus jeune l'ont amenée à développer un trouble de stress post-traumatique, une dépression et l'anorexie.  

Elle a été agressée trois fois dans sa jeunesse. Les deux premiers incidents étaient des actes de violence alors qu'elle assistait à des fêtes d'enfants, avant d'être violée par deux hommes à l'âge de 14 ans.  

«Après des années de combat, je suis épuisée, a-t-elle confié. Cela fait un moment que je cesse de manger et de boire, et après de nombreuses discussions et évaluations, il a été décidé de me laisser partir parce que ma souffrance est insupportable.»  

La jeune femme, convaincue de sa décision, a même écrit à ses amis de ne pas essayer de la convaincre que c’était une mauvaise idée: «C’est ma décision, et elle est finale [...] L’amour est de me laisser partir».  

En 2017, 6585 personnes ont choisi de se faire euthanasier aux Pays-Bas.