/qubradio
Navigation

Femmes autochtones: une commissaire défend l’utilisation du terme «génocide»

La commissaire Michèle Audette.
AFP La commissaire Michèle Audette.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que l’utilisation de l’expression «génocide planifié» dans le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées suscite la controverse, la commissaire Michèle Audette défend les conclusions de son équipe.

«Est-ce qu’il y avait une volonté de génocide? On le prouve dans le rapport de 1200 pages», a laissé tomber Mme Audette, en entrevue à l’émission Dutrizac de 6 à 9 sur les ondes de QUB radio.

La commissaire a rappelé que l’enquête avait comme mandat de trouver les causes systémiques de toutes formes de violence à l’égard des femmes autochtones. Selon les conventions internationales sur lesquelles étaient fondées leurs recherches, tout les «ramenait à des droits applicables en matière de génocide», a-t-elle soutenu.

Michèle Audette a rappelé qu’il existait plusieurs formes de génocide. Certains, comme celui du Rwanda, sont immédiats, alors que d’autres sont «sournois» et «s’installent sur une longue période».

«Je vous jure, ce n’était pas facile pour moi [d’utiliser le terme "génocide"]. Maintenant, je dois partir sur une approche d’éducation, de sensibilisation et non d’accusation» a ajouté la commissaire.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue intégrale de la commissaire Michèle Audette

 

Il a fallu qu’elle consulte

Mme Audette a d’ailleurs raconté que les milliers de témoignages de femmes autochtones qu’elle a entendus au fil de l’Enquête nationale ont entraîné pour elle une grande détresse psychologique.

«Il y a un moment donné où je pensais péter au frette. Il a fallu que j’aille chercher de l’aide chez une psychologue tellement que les traumatismes étaient lourds à porter. C’était difficile de voir les images et d’entendre les paroles», a-t-elle raconté.

Michèle Audette dit maintenant se sentir «zen» et «accomplie». Selon elle, il faut maintenant honorer le travail de la commission et «passer à l’action».

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions