/lifestyle/books
Navigation

L’univers de Martin Michaud en BD

L’univers de Martin Michaud en BD
PHOTO AGENCE QMI, STEVE MADDEN

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Il n’y a pas que la télé qui sied très bien à l’univers de Martin Michaud, le créateur de l’enquêteur Victor Lessard. La preuve? Son roman «Sous la surface», paru en 2013, a été judicieusement adapté en bande dessinée.

Offerte depuis un petit moment déjà en Europe, et maintenant au Québec, grâce à l’éditeur belge Dimitri Kenness, l’œuvre illustrée a tout pour plaire: une intrigue habilement ficelée et de jolis dessins placés dans un univers unique.

Au service de l’histoire

L’écrivaine Leah Hammett (imaginée en pensant aux actrices Uma Thurman et Natascha McElhone), le disparu Chase Moore, le candidat politique Patrick Adams et son bras droit Gene (prénommé en l’honneur de Gene Hackman), ainsi que tous les autres protagonistes, prennent vie avec éclat.

Le rendu de «Sous la surface» a du punch, tant dans la forme que le fond. «Le résultat à l’image est toujours plus frappant, dit Martin Michaud. Une scène de violence que tu écris, par exemple, dans un roman, quand tu la vois en BD ou à la télé, elle prend une autre dimension.»

Croyant beaucoup à cette adaptation en deux livres de 54 pages chacun, pour laquelle il a été question d’un important budget et dont le travail s’est échelonné sur près de quatre ans, Dimitri Kenness a été séduit par la plume de l’écrivain. Il a vu là une chance de diversifier le paysage de la BD.

«Ses romans sont particulièrement visuels. Il y a des endroits qui sont vraiment des personnages importants, il y a des changements de lieux incessants. Ça permet de découvrir plein de choses. Et ses personnages sont toujours complexes; ce ne sont pas des héros lisses ou des méchants lisses. Ce sont des personnages torturés. Et ça, en bande dessinée, ça manque un petit peu.»

Présent, pas envahissant

Très attaché à cet univers où un terrible accident de voiture, un amour perdu et les coulisses de la politique américaine se marient habilement, Martin Michaud était prêt à donner son avis sur le projet, mais souhaitait éviter de brimer le processus créatif du dessinateur Marco Dominic et du scénariste Gihef.

«Il n’était pas question que ce soit moi le grand marionnettiste derrière tout ça qui tire les ficelles... Je pense que pour intéresser des gens de talent à collaborer avec toi dans un projet comme ça, il faut qu’ils aient leur espace créatif.»

Pour Martin Michaud, le lien avec un nouveau public est très réjouissant. «Il y a quelque chose de très touchant de voir que cette histoire va maintenant vivre dans les mains d’autres lecteurs, dans une BD. La BD, c’est un médium qui est fabuleux et accessible à tous», précise l’auteur.

Le premier tome de «Sous la surface» est disponible en magasin. Le deuxième et dernier sera lancé un peu avant le Salon du livre de Montréal qui aura lieu en novembre. L’auteur et l’éditeur caressent également l’idée de s’attaquer à Victor Lessard en BD.