/sports/fighting
Navigation

Voyez la première entrevue d'Adonis Stevenson: «C’est comme si je venais de naître»

Coup d'oeil sur cet article

Le boxeur Adonis Stevenson revient de loin. Après avoir encaissé un K.-O. dévastateur le 1er décembre dernier, il s’est accroché à la vie. 

• À lire aussi: Voyez la première entrevue d’Adonis Stevenson 

Âgé de 41 ans, l’homme a survécu à un grave traumatisme crânien. La douleur étant insupportable, il a été plongé dans un coma artificiel et dans toute l’incertitude qui accompagne une telle condition. Maintenant, il recommence à vivre.

«Je vais bien. Chaque jour, ça va de mieux en mieux», a-t-il confié à la journaliste Nancy Audet, de TVA Sports, jeudi après-midi, lors d'un passage au palais de justice de St-Jérôme, où sa conjointe Simone God et sa famille se disputent le contrôle de sa fortune, estimée à plusieurs millions.

À sa dernière présence dans l'arène, le Québécois d'origine haïtienne a été expédié au tapis par Oleksandr Gvozdyk, au Centre Vidéotron de Québec. Les séquelles se sont accumulées par la suite.

«Le plus difficile, c’est sortir du coma. C’est comme si je venais de naître, a-t-il imagé, plus de sept mois après l’incident. Tu apprends à manger, à marcher. Tu apprends un paquet de choses après un coma.

«Là, je vais bien. Adonis is back!»

Pendant que «Superman» était dans le néant et inconscient, sa conjointe Simone God, elle, n’a pas perdu espoir. Ses prières ont été récompensées vendredi dernier, lorsque son homme a obtenu son congé de l'hôpital pour rentrer à la maison.

«J'ai toujours gardé espoir qu'il reviendrait, a-t-elle rappelé avec émotion. C'est très difficile pour moi, je ne vais pas te mentir. Mais l'important, c'est qu'Adonia (la fille du couple) ait un père.

«Ça me touche énormément qu'Adonis soit là.»

Futur entraîneur

Quant à la carrière de Stevenson, il faut lire entre les lignes et se rendre à l’évidence : les chances de le revoir au centre du ring sont quasi nulles.

Mais derrière les câbles? C’est plus réaliste, puisqu’il dit vouloir demeurer dans la boxe dans un autre rôle.

«Je veux devenir entraîneur, a-t-il avancé. Pour les jeunes qui voudraient apprendre à boxer, je suis prêt pour eux.»

Il a déjà un atout pour lancer son après-carrière, puisqu’il possède déjà un gymnase.

«Je vais m’organiser pour dire à tout le monde où je suis et ils pourront venir. Je vais donner des cours.»

Sans rancune

Stevenson n'a aucun souvenir du 11e round, lorsque Gvozdyk a fermé les lumières pour ravir la ceinture WBC des mi-lourds.

À l'écouter, il n'a aucune amertume à l'égard de son rival ukrainien.

«Le combat comme tel, je ne m’en souviens pas vraiment. Ça me revient lorsque je regarde des vidéos, a-t-il expliqué. J’ai revu les images. C’était un bon combat.»

Cette initiative fait partie de son processus de rééducation : Stevenson doit stimuler sa mémoire, qui est déficiente depuis le soir du 1er décembre. Heureusement, l’amour de ses proches l’aide à trouver ses repères.

«Nous regardons des photos et on discute des voyages que nous avons faits, d’endroits où nous sommes allés. Ça lui remémore des moments de sa vie», estime Simone God.

D'ailleurs, selon celle-ci, c’est son instinct de bagarreur qui l'a aidé à se sortir des ténèbres.

«Quand il était dans le coma, il a été capable de progresser parce qu’il suivait ses traitements. Il poussait. Il voulait (s’en sortir).»

«Mon esprit de "fighter" est de retour!», d’ajouter le miraculé.