/news/consumer
Navigation

Plastique à usage unique: les Canadiens veulent du changement dans leurs emballages

Coup d'oeil sur cet article

93,7 % des consommateurs canadiens sont motivés à réduire leur utilisation du plastique à usage unique en alimentation, selon une étude de l’Université Dalhousie. Au Québec, cette proportion atteint 95,6 %.

L’étude, publiée jeudi, souligne que 87,2 % des Canadiens considèrent que l’impact environnemental causé par l’utilisation du plastique à usage unique (PUU) est «important».

Les provinces de l’Atlantique et du Québec seraient les plus consciencieuses quant à l’enjeu du PUU, tandis que celle des Prairies serait la moins consciencieuse. D’un point de vue générationnel, les milléniaux et la génération Z sont généralement plus consciencieux que leurs aînés.

Le sondage indique qu’un Canadien sur deux cherche «activement» des emballages sans plastique lorsqu’il fait ses emplettes. Les problèmes environnementaux et de sécurité alimentaire sont les principaux facteurs qui pèsent sur leur décision à réduire le nombre d’items alimentaire emballé avec du plastique.

Les alternatives possibles

L’enquête révèle que 71,2 % des Canadiens sont favorables à une interdiction de tout plastique à usage unique dans les emballages alimentaires.

Parmi les sondés, 89,8 % croient que ces emballages devraient être changés pour des alternatives vertes, mais sans coûts additionnels. La même proportion estime également que la réglementation canadienne visant à réduire l’utilisation du plastique pour les emballages alimentaires devrait être renforcée.

Si plus d’interdiction est mise en place, 71,8 % des consommateurs croient qu’ils devraient recevoir une escompte, un incitatif à l’achat ou encore un rabais pour supporter les alternatives vertes.

Les résultats de l’étude indiquent que les emballages biodégradables et compostables sont les solutions les plus populaires chez les Canadiens.

Ils sont 37,7 % à être prêts à payer plus cher pour un item ayant un emballage biodégradable et 52,9 % à dire qu’ils accepteraient de payer une taxe gouvernementale pour décourager l’utilisation du plastique.

Aussi, 73,7 % des Canadiens pensent qu’un programme de récompense offerte par les entreprises agroalimentaires serait une méthode efficace pour changer les habitudes de consommation.

Éducation

Pour réduire leur consommation de plastique à usage unique, 89,1 % des Canadiens pensent qu’ils devraient être mieux éduqués au sujet du recyclage, de l’utilisation du PUU et de ses principaux impacts sur l’environnement.

Une très grande majorité (75,2 %) croit qu’une couverture médiatique et des pressions exercées sur l’industrie agroalimentaire seraient une stratégie efficace pour réduire l’utilisation du plastique dans les emballages alimentaires.

Enfin, la majorité des Canadiens interrogés estiment que l’ensemble des paliers gouvernementaux (municipalités, provinces et gouvernement fédéral) et de l’industrie (détaillants, distributeurs, services alimentaires et restauration) sont les plus responsables pour régler le problème du plastique au Canada.

L’étude a été menée auprès de 1014 personnes, du 13 au 18 mai 2019.