/world/europe
Navigation

Trump populaire chez les vétérans, y compris ceux du Jour-J

 Trump populaire chez les vétérans, y compris ceux du Jour-J
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Colleville-sur-Mer | Le 6 juin 1944, quand il a débarqué à Omaha Beach, Jack Gutman, soldat américain de 18 ans, a pris part au plus grand acte de coopération transatlantique de l’histoire, fondateurd’un multilatéralisme régulièrement critiqué par Donald Trump.

• À lire aussi: «On avait peur, naturellement», raconte un vétéran québécois

• À lire aussi: Le Débarquement en chiffres, 75 ans plus tard

• À lire aussi: Commémorations du Débarquement, Trudeau à Juno

• À lire aussi: Le Débarquement à Juno Beach a 75 ans

Le Débarquement en Normandie, sous la présidence de Franklin D. Roosevelt, a permis aux Alliés de l’emporter sur les nazis, dans la Seconde Guerre mondiale.  

Jack Gutman, de retour en Normandie pour la première fois à l’âge de 75 ans, ne voit pas de contradiction entre son passé de GI ayant contribué à libérer l’Europe et sa sympathie pour Donald Trump,hostile au multilatéralisme. 

«Je serais ravi de le rencontrer, parce qu’il a fait beaucoup pour notre pays», assure à l’AFP ce Californien dans les allées du cimetière américain de Colleville-sur-Mer, peu avant une cérémonieen présence de M. Trump et du président français Emmanuel Macron. 

Pour ses détracteurs, le crédo politique du Donald Trump, «l’Amérique en premier» (America first), est contradictoire avec la participation des États-Unis dansl’OTAN et son partenariat historique avec l’Europe.  

En Normandie, le locataire de la Maison-Blanche a été chaleureusement accueilli par les anciens combattants américains. «Beaucoup de monde en Pennsylvanie veulent voter pour vous», lui a lancé unvétéran, juste avant de lui serrer la main.  

Une chaleur qui témoigne de la sympathie des vétérans américains pour le camp républicain. Selon un sondage de CNN à la sortie des urnes américaines en 2016, 60% des anciens combattants avaient votépour Donald Trump. 

Pragmatisme

En avril 2017, 54% des vétérans approuvaient son action, nettement plus que les 39% de l’ensemble de la population, selon un sondage de l’institut Pew. 

Qu’importe l’isolationnisme professé par Donald Trump, les anciens combattants américains rencontrés par l’AFP lors des commémorations du débarquement saluent souvent son pragmatisme et son énergiedans les affaires intérieures américaines. Et louent la décision de l’administration Trump de permettre aux vétérans de se faire soigner dans le privé, aux frais du gouvernement, pour leur éviter de longues attentes dans les établissements publics.  

«C’est le président qui a fait le plus pour les vétérans», assure George Ciampa, qui a lui aussi débarqué lors du D-Day et tourne un documentaire sur les témoignages de ses camarades.  

Donald Trump, lui-même, affirmait en 2016: «Je ne pense pas que quiconque ait fait plus que moi pour l’armée en tant que président (...) y compris pour les vétérans». 

M. Ciampa faisait partie d’une unité qui a récupéré et enterré quelque 75 000 victimes américaines et allemandes, au cours de l’année suivant le Débarquement.  

Donald Trump, lui, a souvent été critiqué pour avoir évité la guerre du Vietnam pour un motif médical contesté. Cela n’empêche pas George Ciampa de le soutenir.  

«J’ai longtemps été démocrate», dit-il. «J’ai voté pour Kennedy et les autres». Il se décrit désormais comme conservateur indépendant, et assure apprécier le pragmatisme du commandant-en-chef. 

«Ce n’est un politicien, quand il voit un problème, il trouve une solution. George S. Patton faisait de même», explique-t-il, en référence du fameux général américain qui a commandé les forces américainesen Europe dans la phase finale de la guerre. «Il avait le même tempérament que Trump, et il a aidé à gagner la guerre.»