/24m/job-training
Navigation

Un candidat sur trois est écarté en raison de ses références

Business call
Rido - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Cécile Davan - 37e AVENUE

 

Selon un nouveau sondage d’Accountemps, les cadres supérieurs canadiens rejettent environ une candidature sur trois (32 %) pour un poste au sein de leur entreprise après la vérification des références. Voici comment mettre toutes les chances de votre côté.

Vous pensiez que la prise de références était une simple formalité ? Changez d’opinion. Selon le sondage d’Accountemps, elle s’avère en fait essentielle et pourrait vous faire rater ce fameux poste pour lequel vous venez de passer deux entrevues et un test de connaissances. Pour éviter ce genre de déconvenue, préparez-vous avant même la première convocation.

Vérifiez que l’octroi de références est autorisé

Rappelons que votre ancien employeur ou votre employeur actuel n’a aucune obligation légale de fournir des références. Si l’un de ses représentants le fait, les renseignements qu’il fournit doivent être véridiques, vérifiables et reliés à votre prestation de travail.

Ainsi, afin d’éviter des poursuites pouvant résulter de propos subjectifs, voire discriminatoires, certaines entreprises refusent que leurs employés donnent des références. Le service des ressources humaines ne confirme alors que votre titre de poste et vos dates d’emploi par écrit. Il est important de vérifier la politique qui prévaut dans votre ancienne entreprise.

Sélectionnez les personnes qui vous recommanderont

Votre futur employeur, quant à lui, cherche à vérifier ses impressions après l’entrevue et à en savoir un peu plus sur votre attitude dans certaines situations de travail. Il souhaite communiquer, le plus souvent par téléphone, avec une personne qui vous connaît bien sur le plan professionnel et qui est capable, si possible, d’illustrer son propos avec des exemples.

L’idéal est par conséquent de choisir des personnes qui vous ont vu agir dans des responsabilités reliées au poste que vous briguez et avec qui vous avez gardé de bonnes relations. Soyez prêt à donner les coordonnées d’au moins un superviseur, car c’est ce qu’attendent les recruteurs, même s’ils ne le mentionnent pas.

Prenez le temps de discuter avec les personnes choisies

Avant même de commencer le processus de recrutement, demandez toujours aux personnes que vous avez retenues si elles vous autorisent à donner leur nom en tant que référence. Si vous sentez la moindre réticence, n’insistez pas et trouvez quelqu’un d’autre. Vous ne devez avoir aucun doute sur l’obtention de références positives.

Expliquez rapidement en quoi consiste le poste et envisagez ensemble trois ou quatre éléments qui pourraient être mis en avant. Ne sachant pas quand elles vont être appelées, les personnes qui vous recommandent ne sont pas toujours prêtes à répondre spontanément aux questions des recruteurs. En parler avec elles à l’avance leur facilite la tâche et augmente vos chances de recevoir une référence de qualité. Soyez cependant bref et concis pour ne pas abuser de leur temps.

N’oubliez pas de faire un suivi avec elles et remerciez-les de vous avoir rendu ce service. Soyez prêt à leur rendre la pareille le cas échéant. L’essentiel est de soigner votre réseau, car vous ne savez jamais quand vous en aurez besoin...