/news/society
Navigation

C’est fini les navettes pour handicapés

La compagnie de transport de Sherbrooke qui les amenait à l’aéroport évoque des raisons de sécurité

La compagnie Aéronavette du boulevard Bourque, à Sherbrooke. Ci-dessous, le para-athlète sherbrookois Nambia Basile Soulama déplore ne plus pouvoir être desservi par la seule compagnie offrant une navette entre sa ville et l’aéroport de Montréal.
Photo Alex Drouin La compagnie Aéronavette du boulevard Bourque, à Sherbrooke. Ci-dessous, le para-athlète sherbrookois Nambia Basile Soulama déplore ne plus pouvoir être desservi par la seule compagnie offrant une navette entre sa ville et l’aéroport de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Des personnes en fauteuil roulant déplorent qu’une compagnie de transport ait cessé abruptement d’offrir un service de navette jusqu’à l’aéroport de Montréal alléguant « des raisons de sécurité ».

Il y a quelques semaines, le para-athlète sherbrookois Nambya Basile Soulama devait se rendre en Suisse pour une compétition de basketball. Il a donc appelé la compagnie avec laquelle il fait affaire régulièrement depuis cinq ans pour se rendre à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau, à Montréal.

On lui aurait alors mentionné que s’il voulait le service de navette, « il devrait être accompagné par une personne pour des questions de sécurité ». Cela ne lui avait jamais été demandé auparavant.

L’homme de 46 ans en a parlé avec Diane Roy, une autre para-athlète qui devait se rendre au même championnat que lui. Elle a décidé d’appeler par elle-même Aéronavette pour vérifier cette information en prétextant avoir besoin d’un transport vers Montréal.

Plus de service

« On m’a dit qu’il ne donnait plus ce service aux gens en fauteuil roulant pour des raisons de sécurité [...] et que certains chauffeurs avaient dû prendre une personne dans leurs bras pour l’embarquer », a raconté la femme de 48 ans.

Le Journal a également appelé la compagnie pour tenter de réserver une place pour une personne en fauteuil roulant et s’est fait répondre qu’il « n’y avait pas de service pour [les] personnes [en fauteuil roulant] ».

Or, la compagnie mentionne sur son site internet être le seul transporteur de passagers en Estrie qui offre le service de navette entre Sherbrooke et l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau à Montréal, ce qui ne laisse pas beaucoup d’options pour M. Soulama et Mme Roy, déplorent-ils.

La direction d’Aéronavette n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Les deux Sherbrookois se désolent que la compagnie ait modifié ses services.

« Je pense que la raison qui est invoquée n’est pas valable, et c’est purement de la discrimination », insiste Mme Roy.

L’Office des personnes handicapées du Québec n’a pas voulu commenter la situation, mais a fait savoir « que l’obligation d’accompagnement raisonnable est levée en cas de contrainte excessive. Cette contrainte excessive doit cependant être prouvée selon certains critères. »

Quant à la Commission des droits de la personne, elle n’a pas voulu commenter ce dossier, car il n’y a eu aucune plainte. Mais elle a tout de même affirmé qu’« une entreprise doit accommoder les personnes en situation de handicap et que le principe d’accommodement raisonnable s’applique à toutes les entreprises ».