/news/society
Navigation

Cherche familles d'accueil temporaires pour chats errants

Chats abandonnés
Photo Geneviève Quessy

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JÉRÔME | La surpopulation de chats errants est telle dans une ville des Laurentides qu’un refuge pour animaux est à la recherche de familles d’accueil temporaires pour héberger les félins en attente d’adoption.

Marie-Claire Descôteaux, fondatrice du refuge Chats Nomades sans Toit à Saint-Jérôme, est débordée par les 500 chats errants qu’elle doit traiter cette année, nombre qui n’a pas baissé depuis les plusieurs années. Elle cherche des familles d’accueil temporaires pour les héberger.

«La surpopulation des chats est un vrai problème. Il faut arrêter de se cacher la tête dans le sable. Un couple de chats non stérilisés peut donner 20 000 chats en 4 ans. Pour régler ce problème de surpopulation, il faudrait penser à rendre la stérilisation obligatoire», avance Mme Descoteaux, qui signale une pétition en ligne sur le site de l’Assemblée nationale.

La Ville de Saint-Jérôme a d’ailleurs confirmé au Journal qu’elle étudiait la possibilité de rendre la stérilisation obligatoire.

Quand des chats errants leur sont signalés, les bénévoles vont les attraper dans des cages trappes pour les apporter chez des vétérinaires collaborateurs. Les chats sont stérilisés, vermifugés et traités pour les puces avant d’être confiés à des familles d’accueil temporaires qui les soignent et veillent à leur réadaptation en vue d’une adoption permanente.

Carol Burgess agit comme famille d’accueil depuis 2 ans. Elle a déjà eu jusqu’à 64 chats chez elle.

«On fait ça pour l’amour des bêtes. Il y en a qu’on a trouvés dans des boîtes en carton scellées dans les poubelles. Certains sont tellement traumatisés qu’il faut des mois pour les resocialiser. D’autres resteront sauvages et ne pourront jamais être adoptés.»

Chats nomade sans toit fait appel à la population pour trouver d’autres familles d’accueil pour héberger ces chats temporairement.

«Parfois on a un vieux matou à confier, d’autres fois c’est une maman avec ses chatons, le temps qu’ils soient sevrés et prêts à mettre en adoption», dit Mme Descoteaux.

Mais l’objectif ultime reste de leur trouver une famille permanente. «Il y a certains chats un peu plus âgés qui méritent de vivre dans une famille aimante eux aussi. Ça peut être parfait pour quelqu’un qui souhaite un engagement à moins long terme,» dit Mme Descôteaux.

Fait saillant: Chats Nomades sans Toit organise une journée d’adoption le 8 juin prochain au 641, rue Ester-Blondin à Saint-Jérôme de 10h30 à 16h30, où une trentaine de chats et chatons seront prêts à être adoptés.