/world/america
Navigation

«Le Canada n'a pas à se mêler du Venezuela»

Diosdado Cabello
Photo AFP Diosdado Cabello

Coup d'oeil sur cet article

Le numéro deux du chavisme au Venezuela, Diosdado Cabello, a appelé vendredi le Canada à ne pas «se mêler du Venezuela», lors d'un déplacement à Cuba, qu'il a salué comme «un pays ami».

«Le Canada est un pays hostile au Venezuela», il «fait ce que lui disent les États-Unis» et il «n'a pas à se mêler» des affaires du Venezuela, a-t-il déclaré, en réponse à une question d'un journaliste de l'AFP, lors d'une conférence de presse.

M. Cabello répondait à la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, qui avait affirmé vendredi que Cuba aurait «un rôle à jouer» pour trouver une issue pacifique à la crise au Venezuela. Elle recevait son homologue cubain Bruno Rodriguez à Toronto, au lendemain de la quatorzième réunion du Groupe de Lima au Guatemala.

Lors de cette réunion, les pays membres du groupe avaient «réitéré leur soutien» à l'opposant au président vénézuélien Nicolas Maduro, Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays.

«Nous savons tous que le groupe de Lima ne ferait rien pour essayer de régler la crise vénézuélienne», a réagi Diosdado Cabello, et «les États-Unis reconnaissent désormais qu'ils se sont trompés avec leurs partenaires au Venezuela».

Mike Pompeo, le secrétaire d'État américain, s'est récemment inquiété des divisions au sein de l'opposition vénézuélienne, lors d'une réunion à huis clos dont le Washington Post s'est fait l'écho.

«Dans l'histoire du Venezuela, il n'y a jamais eu de pire moment politique pour l'opposition vénézuélienne», qui est «divisée, dévastée», a affirmé Diosdado Cabello.

Diosdado Cabello, premier vice-président du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) et président de l'Assemblée nationale constituante, est à La Havane pour coordonner avec les autorités locales une stratégie commune lors du Forum de Sao Paulo, qui réunira à Caracas en juillet des partis de gauche d'Amérique latine.

«Cuba est un pays ami», a-t-il souligné, et «un jour le monde reconnaîtra l'effort de Cuba pour la paix mondiale».

Avant de s'envoler pour le Canada, Bruno Rodriguez a dit vendredi matin avoir eu «une rencontre fraternelle et fructueuse» avec Diosdado Cabello.

«J'ai exprimé la solidarité de Cuba et l'engagement des collaborateurs (cubains) à continuer leur soutien aux services sociaux» au Venezuela, a indiqué le ministre sur Twitter. «Nous avons parlé de sujets internationaux».

Les États-Unis ont imposé mercredi de nouvelles sanctions contre le gouvernement cubain, en représailles pour son soutien à celui de Nicolas Maduro: ils ont interdit tout voyage en groupe ou en croisière d'Américains à Cuba. Jeudi, le gouvernement cubain a répété que son soutien à M. Maduro n'était «pas négociable».

Le Venezuela est le principal allié politique de Cuba depuis près de 20 ans, et aussi son premier fournisseur de pétrole. Washington affirme que Cuba a des troupes au Venezuela et exige leur retrait, mais le gouvernement cubain nie, assurant que ses 20.000 collaborateurs dans ce pays sont des civils, principalement des médecins.