/news/politics
Navigation

Services d'immigration à Cuba: Les diplomates s’acharnent à régler la situation, dit Freeland

Services d'immigration à Cuba: Les diplomates s’acharnent à régler la situation, dit Freeland
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

La ministre fédérale des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, assure que les fonctionnaires travaillent d’arrache-pied pour s’assurer que la fermeture des services d’immigration du Canada à Cuba ait le moins d’impact possible sur les Canadiens.

«C’est un des enjeux dont j’ai discuté avec mon homologue cubain et c’était l’une des raisons de la visite d’une importante délégation cubaine ici», a dit Mme Freeland vendredi au terme d’une rencontre avec le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Eduardo Rodríguez Parrilla, à Toronto.

Le Canada a temporairement fermé les portes des services en immigration de son ambassade de La Havane le 8 mai. Des Canadiens et des Cubains se plaignent des retards encourus sur des demandes de réunification familiale, entre autres.

«Je tiens à réitérer que les mesures qui ont été prises concernant notre ambassade à Cuba ne sont d’aucune façon une décision politique. La relation avec le Canada est forte et nous avons toutes les intentions de continuer de fournir des services consulaires et d’immigrations solides», a affirmé Mme Freeland.

Plusieurs membres du personnel de l’ambassade du Canada à Cuba auraient souffert d’attaques sonores, à l’instar de leurs homologues diplomates américains.

La ministre canadienne des Affaires étrangères a indiqué que les enquêtes à ce sujet se poursuivent.