/misc
Navigation

Les concurrents de Huawei en profitent

Coup d'oeil sur cet article

Q. Les sanctions américaines contre Huawei ont-elles créé des occasions d’investir ?


R. En Bourse, le malheur des uns fait très souvent le bonheur des autres.

La star de la technologie chinoise a frappé un mur avec les sanctions américaines à son endroit, au cœur de la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine. En conséquence, il y a quelques jours, Google a annoncé la suspension de ses liens d’affaires avec Huawei, l’excluant du coup de l’écosystème Android pour ses prochains modèles de téléphone et les mises à jour, ainsi que l’accès au Google Play Store et les services Google Play.

Si Huawei n’est pas cotée en Bourse, ses principaux compétiteurs dans la téléphonie et l’équipement réseau le sont. Ainsi, Alphabet (Google - GOOGL), Apple (AAPL) et Samsung ont vu leurs actions monter en Bourse après ces annonces. Mais ces derniers souffrent déjà de la guerre commerciale sino-américaine, car leurs principaux fournisseurs sont en Chine.

Le principal bénéficiaire de la situation est Samsung (SSNLF.PK). Mais je me tiendrais loin de ce titre négocié sur le comptoir. Il est souvent impossible de connaître la liquidité ou de visionner un graphique du cours de l’action. Vaut mieux miser sur le MSCI South Korea Capped ETF (EWY:US), un FNB couvrant les principales sociétés coréennes inscrites à Séoul. Samsung y pèse pour 22,37 %... Mais le rendement est de 1,29 % pour les 12 derniers mois, et il y a les frais de gestion...

Apple devrait bénéficier un peu de la situation, mais la plupart des détenteurs de téléphones Huawei vont migrer plutôt vers un autre appareil Android.

De bonnes opportunités ?

Étrangement, un autre fabricant chinois de téléphones sous mode Android, ZTE (ZTCOY), qui a subi les foudres de l’administration Trump l’an dernier, est aujourd’hui dans ses bonnes grâces. ZTE se positionne comme équipementier pour remplacer Huawei dans la course aux infrastructures 5G. Mais tant qu’à miser sur un titre OTC, aussi bien regarder du côté de Nokia (NOK), qui est un des rares fournisseurs actuels de technologies 5G, avec Ericsson (ERIXF). NOK a autrefois dominé la téléphonie mobile, pour s’écrouler devant Apple et Samsung. Les investisseurs sont bloqués sur cette déchéance, mais sa renaissance sera spectaculaire. Son rendement actuel est déjà de 4,13 %.

Taiwan Semiconductor (TSM) pâtira peut-être aussi de la baisse des ventes de son client Huawei, mais se reprendra avec ses autres clients. TSM a plus que doublé son dividende (rendement de 3,07 %) et a connu une croissance de 167 % depuis cinq ans. Mais TSM réalise le quart de ses ventes chez Apple. Et les ventes d’iPhone sont en baisse depuis des mois.

Intel (INTC) est plus attirante, mais c’est peut-être un leurre. Son action a perdu plus de 3 % depuis le début de 2019. À 9,84, le ratio cours/bénéfice est attrayant (le rendement est de 2,47 %). Toutefois, Intel semble perdre la course aux puces à 7 nm contre Advanced Micro Devices (AMD). Mais AMD est hors de prix avec un C/B de 105,14, sans aucun dividende.


Les informations publiées dans cette chronique ne constituent pas des conseils ou des recommandations formulées par Le Journal. Toute personne intéressée doit consulter les conseillers ou professionnels autorisés pour ces fins par l’Autorité des marchés financiers.


► Question à notre investisseur? investisseurmasque@quebecormedia.com.