/24m/urbanlife
Navigation

Bal en Blanc : pas dans mon quartier, disent des résidents de Pointe-Saint-Charles

La 22e édition du Bal en blanc au Palais des congrès de Montréal.
Photos d'archives, Agence QMI La 22e édition du Bal en blanc au Palais des congrès de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

À trois semaines du Bal en Blanc, ses organisateurs doivent trouver un nouvel endroit pour la tenue de l’événement; ce qui soulage plusieurs résidents du quartier Pointe-Saint-Charles de Montréal qui appréhendaient les nuisances.

Les 28, 29 et 30 juin, la 25e édition du festival de musique électronique devait avoir lieu aux studios MTL Grandé, dans le Sud-Ouest. Le permis nécessaire n’a cependant pas été accordé pour cet endroit.

«Ce genre de fête ne devrait pas avoir lieu dans un quartier résidentiel et enclavé comme le sud de la Pointe», explique Craig Sauvé, conseiller de ce district dans le Sud-Ouest, soulignant que 15 000 fêtards étaient attendus.

Selon lui, les organisateurs seraient bien avisés de regarder ailleurs. «Je ne connais pas un endroit propice pour ce genre d’événement dans le Sud-Ouest», dit-il, rappelant que le festival s’est souvent déroulé au Palais des congrès de Montréal.

Mieux encadrer les événements

«La communauté est soulagée», soutient Judith Cayer, coordonnatrice chez Bâtiment 7, grand espace communautaire situé proche des studios MTL Grandé. «Ce type d'événement n'a pas leur place au cœur d'un quartier résidentiel familial et somme toute très tranquille», dit-elle, plaidant pour un meilleur encadrement de l’évènementiel.

Dernièrement, MTL Grandé a accueilli Movin’On Montréal et C2 Montréal en vertu de changements à la réglementation d’urbanisme. Cela a rendu la vie difficile aux résidents, selon Mme Cayer, mentionnant la congestion et le non-respect des limites de vitesses ou des interdictions de stationnements. Le Bal en Blanc, c’était «la goutte qui a fait déborder le vase».

Yvon Savoie et Marcel Sévigny, impliqués dans les activités de Bâtiment 7, demeurent dans Pointe-Sainte-Charles depuis une quarantaine d’années. «Le problème, c’est les effets de ces événements. Le Bal en Blanc : il était supposé y avoir 15 000 personnes, ça veut dire le double du nombre de personnes qui sont venues ici» pendant C2 Montréal, explique M. Sévigny, ancien conseiller municipal.

Pendant C2 Montréal, «il y a avait tellement de voitures stationnées dans les rues avoisinantes que les résidents n’avaient plus de stationnement», raconte M. Savoie. «C’est devenu un peu sauvage. Il faut aller reconduire les enfants à l’école par la main parce qu’il y en a qui grillent les stops, qui roulent à 80 km dans les rues avoisinantes», déplore le père de famille. «C’est pas chialer pour chialer. La préoccupation primaire, c’est la sécurité des résidents notamment des nombreux enfants qui sont dans le secteur.»

Lundi matin, le conseil d’arrondissement du Sud-Ouest tiendra une séance extraordinaire afin de limiter à une fois par an les événements temporaires sur un même terrain.