/auto
Navigation

Lexus UX: un pur plaisir à conduire

auto
Photo courtoisie, Toyota L’UX est incontestablement un Lexus. Les formes sculptées de sa carrosserie et sa calandre en sablier rappellent, entre autres, les Lexus NX et RX.

Coup d'oeil sur cet article

Lexus, la marque des véhicules de luxe de Toyota, propose désormais un petit utilitaire appelé UX qui a tout pour attirer l’attention des automobilistes qui envisagent l’achat d’un BMW X1, Volvo XC40 ou autres modèles du genre.

Les utilitaires, petits et grands, se multiplient à un rythme effarant. Heureusement, certains d’entre eux se démarquent du lot. C’est le cas du petit Lexus UX, une nouveauté qui, sans être une panacée, s’avère plaisante à conduire.

L’UX est aujourd’hui le plus petit utilitaire inscrit du catalogue Lexus. Il a d’excellents sièges baquets, qui rendent les longues randonnées agréables. Il bénéficie également d’une direction précise au rayon de braquage réduit (10,4 m), un avantage indéniable dans un centre-ville congestionné. Son freinage se module aisément et il offre le mordant souhaité pour une vocation urbaine. Enfin, sa suspension indépendante ferme à souhait assure un comportement routier prévisible.

Bien entendu, lorsqu’on aborde une route cahoteuse d’arrière-pays, les réglages de la suspension nous rappellent la différence entre rigidité et confort. Alors, pour avoir un roulement plus doux, on optera pour un Lexus NX ou un RX... si on en a les moyens et le besoin.

Depuis son arrivée chez les concessionnaires de la marque, en janvier dernier, l’UX a accaparé le second rang de sa catégorie. Au terme du premier trimestre, il talonnait le BMW X1, premier au palmarès des ventes, et devançait largement ses principaux rivaux : (dans l’ordre) le Mercedes-Benz GLA, le Volvo XC40, le Mini Countryman et le BMW X2.

Compacte déguisée en utilitaire

À l’instar de ces derniers, l’UX a beau avoir des traits musclés et des ailes renflées bordées de matière synthétique, tout cela pour évoquer une certaine robustesse, ce véhicule existe néanmoins pour remplacer de petites voitures, à commencer par la compacte à hayon CT 200h qu’offrait Lexus de 2011 à 2017. Construit sur la plateforme GA-C (C pour compact) qu’utilisent aussi les Toyota Corolla Hatchback, Prius et C-HR, ce petit utilitaire adopte une garde au sol légèrement plus haute, soit 160 mm (comparativement 145 mm pour la CT 200h). Cela procure une position de conduite plus agréable, sans pour autant donner à l’UX les aptitudes hors route d’un Subaru Crosstrek, dont la carrosserie se trouve à 220 mm du sol.

Un hayon ultraléger fabriqué en aluminium et en polymères donne accès au coffre, qui est modulable.
Photo courtoisie, Toyota
Un hayon ultraléger fabriqué en aluminium et en polymères donne accès au coffre, qui est modulable.

De toute façon, l’UX ne vise pas la même clientèle. Les gurus du marketing de Toyota qualifient son acheteur « d’explorateur urbain ». Ça dit tout. Loin du baroudeur pur et dur, on imagine plutôt cet automobiliste affrontant la faune menaçante de l’heure de pointe ou du stationnement bondé d’un centre commercial.

D’ailleurs, la transmission intégrale n’est pas un attribut universel pour cet utilitaire. La version d’entrée de gamme UX 200 se contente de deux roues motrices avant. Son 4-cylindres Dynamic Force atmosphérique de 2,0 L, qui produit 169 ch, est jumelé à une boîte de vitesses automatique à variation continue souple franchement efficace et dotée d’un mode manuel pratique. Cette motorisation autorise une accélération de 0 à 100 km/h qui frôle les 9 s. Oubliez donc le S de VUS. Par contre, ce moteur peut se contenter de 7,2 L/100 km, selon Ressources naturelles Canada ; une cote réaliste que nous avons presque égalée en réalisant une moyenne de 7,7 L/100 km lors d’un essai récent.

Le Lexus UX 250h est animé par un groupe motopropulseur hybride et il a quatre roues motrices.
Photo courtoisie, Toyota
Le Lexus UX 250h est animé par un groupe motopropulseur hybride et il a quatre roues motrices.

L’autre version inscrite au catalogue, l’UX 250h, a une dotation plus riche. Elle a aussi l’exclusivité d’une motorisation hybride (essence/électrique) encore moins gourmande (6,0 L/100 km, du moins dans les meilleures conditions) et d’une transmission intégrale à contrôle électronique. Son moteur de 2,0 L, une variante à cycle Atkinson du Dynamic Force de l’UX 200, est jumelé à deux moteurs électriques. Ensemble, ils entraînent les roues avant. Un troisième moteur électrique logé dans le différentiel arrière anime les roues arrière. Ensemble, ils fournissent une puissance nette de 181 ch, assez pour retrancher presque une seconde sur l’accélération de 0 à 100 km/h, comparativement à l’autre UX. Ce modèle hybride n’est pas un foudre de guerre non plus. Il est toutefois assez pimpant pour devoir porter une attention régulière à l’indicateur de vitesse, au risque de dépasser les limites !

Quant à la transmission intégrale, ce système réactif est régi par le dispositif de contrôle de la stabilité. Ce dernier répartit la force motrice entre les trains avant et arrière selon les besoins du moment, lors des accélérations, dans les courbes ou sur chaussée glissante. Ce système ne transmet jamais plus de 60 à 80 % de la force motrice aux roues arrière. De plus, il ne fonctionne qu’à des vitesses inférieures à 70 km/h. Au-delà de cela, l’UX 250h se comporte à la façon d’une traction.

La batterie nickel-métal hydrure (NiMH) de ce groupe motopropulseur et son système de refroidissement sont logés sous la banquette arrière. Cela a permis de ne pas trop réduire le volume utile du coffre. Comparativement à l’UX 200, il est tout de même 20 % moins volumineux (486 L contre 615). Heureusement, la surface de chargement du coffre qu’on découvre en soulevant le hayon ultraléger, fabriqué en aluminium et en polymères, peut être modulée grâce aux dossiers 60/40 de la banquette arrière, qui se replient en un tournemain.

Silhouette qu’on remarque

D’un point de vue esthétique, l’UX est immanquablement un produit Lexus. On reconnaît les traits désormais familiers des utilitaires NX et RX dans les formes sculptées de sa carrosserie et dans son imposante calandre en sablier (constituée de petits « L » entrecroisés, pour les versions F Sport). On aime ou on n’aime pas. À tout le moins, ce style excentrique ne laisse personne indifférent, ce qu’apprécient les acheteurs de véhicules de luxe.

Sur la console centrale, à droite du levier de vitesses, on trouve un pavé tactile servant à actionner les diverses fonctions affichées sur l’écran central.
Photo courtoisie, Toyota
Sur la console centrale, à droite du levier de vitesses, on trouve un pavé tactile servant à actionner les diverses fonctions affichées sur l’écran central.

Il en va de même pour l’intérieur. Avec ses lignes fuyantes, le tableau de bord a un design résolument aussi discutable qu’unique. En revanche, la qualité de la finition est incontestable. Et dans ce véhicule, contrairement à ses rivaux germaniques, on ne voit pas de petits témoins lumineux s’allumer sans raison apparente à tout bout de champ... Par contre, le pavé tactile Remote Touch n’est pas sans reproche. Logé à droite du levier de vitesses, sur la console, ce gadget contrôle les multiples fonctions affichées sur l’écran central du tableau de bord. Or, malgré les vibrations haptiques qu’il produit, il requiert trop de dextérité manuelle, surtout sur une route cahoteuse, et distrait le conducteur.

À l’intérieur du Lexus UX, on découvre un tableau de bord aux lignes fuyantes et des sièges baquets moulants à souhait, qui rendent les longues randonnées agréables.
Photo courtoisie, Toyota
À l’intérieur du Lexus UX, on découvre un tableau de bord aux lignes fuyantes et des sièges baquets moulants à souhait, qui rendent les longues randonnées agréables.

Je préférerais que seuls les badauds qu’on croise sur la route soient distraits par l’UX, surtout lorsqu’on conduit un véhicule de couleur criarde, comme Orange cadmium, Ligne rouge ou Bleu ultrasonique. Il est alors impossible de passer inaperçu, surtout si l’intérieur du véhicule est paré de ces ravissants sièges en cuir synthétique NuLuxe Rouge circuit ou Caramel satiné. Avec un véhicule agréable à conduire, que demander de mieux ?

Fiche technique

Prix de base

37 100 $ (UX 200) ; 39 700 $ (UX 250h)

Transport et préparation

2075 $

Groupe motopropulseur

(UX 200) L4 DACT 2,0 L ; 169 ch à 6600 tr/min, 151 lb-pi à 4800 tr/min ; (UX 250h) L4 DACT 2,0 L, moteur électrique, batterie Ni-MH ; 181 ch (puissance nette). Boîte de vitesses automatique à variation continue. Roues avant motrices (UX 200) ; transmission intégrale (UX 250h).

Particularités

Suspension indépendante aux quatre roues. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : P215/60R17 (de série pour UX 200) ; 225/50R18 (optionnel pour UX 200 et de série pour UX 250h).

Cotes

Empattement : 2640 mm ; longueur : 4495 mm ; largeur : 1840 mm ; hauteur : 1540 mm. Poids : 1500-1635 kg. Volume du coffre : 615 L (UX 200) ; 486 L (UX 250h). Traction d’une remorque et utilisation d’un support arrière déconseillées par le constructeur. Volume du réservoir : 47 L (UX 200) ; 40 L (UX 250h). Consommation moyenne (UX 250h ; essai, hiver) : 8,2 L/100 km.

Concurrence

  • Audi Q3
  • BMW X1
  • BMW X2
  • Buick Encore
  • Buick Encore UX
  • Cadillac XT4
  • Infiniti QX30
  • Jaguar E-Pace
  • Mercedes-Benz GLA
  • Mini Countryman
  • Volvo XC40

Points forts

  • Excellents sièges baquets
  • Conduite agréable
  • Boîte de vitesses bien conçue

Points faibles

  • Volume utile réduit du coffre (hybride)
  • Pavé tactile et commande de la radio peu pratiques
  • Bruits éoliens

Cotes de l’auteur

  • Cote d’ensemble: 8/10
  • Consommation: 7/10
  • Équipement: 8/10
  • Prix: 8/10
  • Apparence: 7/10
  • Confort à l’avant: 8/10
  • Confort à l’arrière: 6/10
  • Comportement: 8/10
  • Performance: 7/10
  • Rangement: 7/10

Le Lexus UX comme œuvre d’art

Un Lexus UX repensé par le graffiteur allemand René Turrek.
Photo courtoisie, Toyota
Un Lexus UX repensé par le graffiteur allemand René Turrek.

Toyota souhaite associer la marque Lexus à un style de vie haut de gamme. Pour ce faire, l’art sert fréquemment de vecteur, entre autres pour le nouvel utilitaire UX.

En 2018, par exemple, une galerie éphémère baptisée « Art Space by Lexus » a présenté à Lisbonne une œuvre de déconstruction réinterprétant axée sur ce nouveau modèle. Parmi les créations immersives réalisées par quatre artistes émergents, on pouvait admirer un UX noir et blanc transformé à la façon d’un Arlequin.

Puis, en février, à New York, Toyota a présenté un autre UX intégralement blanc celui-là. Même ses pneus étaient blancs ! Ce traitement épuré imaginé par le designer John Elliot évoquait des chaussures en cuir blanc X Air Force 1 qu’il avait créées précédemment pour Nike.

L’œuvre la plus originale reste toutefois celle du graffiteur allemand René Turrek. Dévoilée en mai, « The Way of the Samurai » met en valeur les formes sculptées de l’UX par une multitude de lignes de couleurs fluo (photo). Fait à noter, son œuvre a nécessité 140 heures de travail, plus d’une centaine de cannettes de peinture en aérosol et près de 1,6 km de ruban-cache !

Véhicules électriques : des constructeurs s’unissent

Jaguar Land Rover et BMW ont annoncé cette semaine un partenariat en vue de développer des groupes motopropulseurs électriques de nouvelle génération afin d’appuyer leurs efforts d’électrification. Les constructeurs travailleront ensemble à la recherche, au développement et à la planification de produits.