/finance/business
Navigation

Un mauvais week-end de F1 pour des commerçants

Les travaux sur la rue Sainte-Catherine ont découragé beaucoup de monde

travaux Ste-Catherine F1
Photo Amelie St-Yves Le propriétaire du restaurant Frite Alors ! Mathieu Malouin se sent bien seul sur la terrasse de son commerce en pleine heure de dîner sur la rue Sainte-Catherine près de McGill, dimanche, où se déroulent des travaux majeurs.

Coup d'oeil sur cet article

Les touristes de passage pour le Grand Prix de F1 ont déserté certains commerces enclavés par des travaux sur la rue Sainte-Catherine, causant des pertes majeures pour certains.

Dimanche midi, le restaurant Frite Alors ! de la rue Sainte-Catherine était désert. Non seulement est-il dans la zone de chantier, mais sa terrasse est sous le niveau du sol, ce qui n’aide pas, d’autant plus que de la poussière est soulevée par les réfections.

Un grillage confine les gens sur les trottoirs dans ce secteur où la rue est éventrée, ce qui est assez pour rebuter bien des gens, selon le propriétaire Mathieu Malouin.

« Les gens partent de la rue Peel, arrivent à McGill, et quand ils voient le chantier, ils tournent de bord. C’est aussi simple que ça », a-t-il expliqué.

Il indique avoir retiré lui-même des affiches de la Ville fixées aux grillages, afin qu’on voie son restaurant à partir de l’autre côté des voies de circulation. Des employés municipaux auraient menacé de lui donner une amende parce qu’il en coupait les attaches et les relançait par-dessus la clôture, mais le mal est nécessaire, selon lui.

« Je n’ai d’autre choix que de faire un peu de désobéissance civile comme ça, parce que je suis en train de faire faillite avec le resto. C’est aussi dramatique que ça », a-t-il dit.

Il estime avoir perdu la moitié de son chiffre d’affaires par rapport à la même période l’année passée.

50 % de moins

Le propriétaire de la boutique Emmanuel Yann Azuélos, pendant les travaux sur Sainte-Catherine.
Photo Amelie St-Yves
Le propriétaire de la boutique Emmanuel Yann Azuélos, pendant les travaux sur Sainte-Catherine.

Le son de cloche est similaire du côté de la boutique Emmanuel, toujours sur Sainte-Catherine. « La semaine du Grand Prix est normalement notre meilleure semaine de l’année, et là, c’est 50 % de moins, peut-être même plus. Au niveau de l’achalandage, c’est beaucoup, beaucoup moins », a dit le propriétaire Yann Azuélos.

Il ajoute par ailleurs que le peu de touristes qu’il a reçus cette année se demandaient ce qui se passait à Montréal, tant il y a des travaux et de la poussière.

Compréhensifs

Les touristes rencontrés par Le Journal dans cette zone savent que l’été n’est pas très long au Canada et qu’il faut réaliser les travaux pendant les mois de beau temps. Reste qu’ils préféreraient que Montréal soit à son meilleur.

« Des fois, c’est plus difficile de passer ou de traverser la rue », a indiqué la Suisse Claudia Baumgartner.

Ils gardaient néanmoins le sourire.

« C’est une belle ville, mais il y a vraiment beaucoup de travaux. On sait que c’est pour une bonne raison et ça ne nous dérange pas », a dit l’Allemande Silke Zangerle, en ville pour quelques heures.