/misc
Navigation

Faire la laïcité jusqu’au bout...

Coup d'oeil sur cet article

La chose est entendue, le gouvernement fera adopter son projet de loi 21 sur la laïcité. On saluera quelques contributions intéressantes au débat que le gouvernement caquiste devrait considérer.

Laïcité : éléments manquants

La semaine dernière, lors de l’étude du PL 21, le chef intérimaire du Parti québécois Pascal Bérubé a assuré sa collaboration et son appui au principe du projet de loi.

Toutefois, par souci de cohérence, il a proposé des amendements pertinents. Le premier : étendre le projet de loi aux éducatrices en centres de la petite enfance (CPE). Si l’on admet que l’enseignante de maternelle est une figure d’autorité, il est indéniable que l’éducatrice en CPE l’est également.

Aussi, le PQ demande que l’on assujettisse les écoles confessionnelles privées subventionnées au projet de loi (soulignons que Québec solidaire a aussi fait cette demande dans le passé). La majorité de ces écoles sont de confession catholique et l’argument de la CAQ pour les absoudre du projet de loi sent l’opportunisme politique à plein nez.

Ces écoles étant financées jusqu’à 70 % par l’État, il serait cohérent qu’elles soient incluses dans la portée du projet de loi.

En finir avec l’État fiscal « religieux »

Coup de chapeau à l’équipe du Devoir pour son dossier sur « les programmes à travers lesquels le gouvernement encourage le fait religieux ». En 2013, lors des débats sur la Charte du PQ, le journaliste Francis Vailles avait aussi pointé vers cette incohérence dans La Presse : « le fisc encourage la pratique religieuse ».

Il y a un ménage à faire ici. Mais aussi une incohérence indiscutable ; comment légiférer sur le caractère laïque de l’État, sur la nécessaire cloison entre celui-ci et le religieux, si l’État continue d’offrir des crédits d’impôt aux organismes religieux de toutes sortes ?

Le ministre Jolin-Barrette marquerait un grand coup en incluant ces propositions dans son projet de loi.

Allez ! On fait la laïcité jusqu’au bout !