/opinion/columnists
Navigation

La mauvaise foi de Paule Robitaille

0610 Martineau
Photo tirée de Twitter, Paule Robitaille

Coup d'oeil sur cet article

Avant-hier, sur son compte Twitter, Paule Robitaille, l’ex-journaliste devenue députée libérale, s’est fait photographier en compagnie de quatre jeunes musulmanes couvertes de la tête au pied.

Quand je dis de la tête aux pieds, c’est de la tête aux pieds.

Voile islamique, tunique marron à manches longues, foulard autour du cou, etc.

Il ne manquait que des gants.

« NOUS » ET « ELLES »

Pendant ce temps, sur la photo, Mme Robitaille, elle, portait une jolie camisole grise avec des bretelles spaghetti.

Normal : il faisait super chaud.

Au-dessus de cette photo, la députée a écrit ceci :

« En compagnie d’étudiantes en enseignement à la grande fête de la communauté chiite libanaise de Montréal-Nord.

« Elles sont compétentes, intelligentes et adorables.

« À cause de cette loi sur la laïcité, elles ne pourront pas enseigner dans nos écoles. Une perte pour nous tous. »

Voici ce que j’aimerais dire à Mme Robitaille.

1) Si une femme porte une camisole avec des bretelles spaghetti dans certains pays musulmans, non seulement elle ne peut pas travailler comme enseignante, mais elle se fait lancer des roches dans la rue et les autorités l’arrêtent et la jettent en prison.

À ce que je sache, je ne vous ai pas entendu dénoncer cette situation !

2) Cette photo représente toute l’hypocrisie de certaines féministes face au voile. Mme Robitaille accepterait-elle qu’on l’empêche de porter une camisole un après-midi de canicule ? Jamais, voyons ! Elle tient beaucoup trop à sa liberté !

Mais que des femmes musulmanes sentent le besoin de se couvrir de la tête aux pieds en pleine chaleur, ça, c’est correct. Après tout, ces femmes n’ont pas la même conception que nous de la liberté...

La liberté de montrer nos cheveux, notre nuque, nos épaules et nos bras sans risquer de nous faire traiter de prostituée et de fille facile, c’est bon pour nous. Pas pour elles.

Il y a un mot pour décrire ce genre d’attitude : condescendance.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

3) Les pères, les frères et les amis de cœur de ces jeunes femmes étaient-ils couverts de la tête aux pieds ? Non. Je parie mille dollars qu’ils portaient un t-shirt, un short et des gougounes.

Ce n’est pas sexiste, ça ?

LEGAULT RESPONSABLE ?

4) Vous voudriez vraiment que des femmes couvertes de la tête aux pieds enseignent à nos enfants, Mme Robitaille ? Vous n’auriez aucun problème avec ça ?

Et si une enseignante se pointait dans sa classe avec une mini-jupe ras-le-bonbon, des stilettos de six pouces et un t-shirt bedaine, vous diriez quoi ? Que c’est correct ?

Non ! Vous diriez que ça envoie une mauvaise image de la femme.

Donc... Allo ? Vous ne voyez pas la contradiction ?

5) Contrairement à ce que vous dites, ce n’est pas François Legault ni la loi 21 qui empêcheront ces jeunes femmes d’enseigner, Madame la Députée libérale.

C’est leur imam.

Si les imams avaient la moindre considération pour leurs fidèles de sexe féminin, ils leur donneraient la permission d’enlever leur voile sur les heures de travail.

C’est leur conception radicale de la religion qui empêche ces femmes de s’épanouir !

Pourquoi n’allez-vous pas parler à leurs imams, Mme Robitaille ?