/news/politics
Navigation

Le PQ veut savoir ce que vous pensez de lui

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir promis de se renouveler à la suite de sa défaite électorale de 2018, le Parti québécois (PQ) lancera cette semaine une consultation qui s'adresse non seulement à ses membres, mais aussi à ceux qui ne font pas partie de la formation politique. 

«C’est un moyen qui était nécessaire pour arriver à nos objectifs d’aller parler aux gens, d’engager un dialogue avec la population, en plus de nos membres», explique la présidente du parti, Gabrielle Lemieux, en entrevue avec TVA Nouvelles. 

TVA Nouvelles a mis la main sur le document qui sera rendu public mardi soir. À la lecture du questionnaire, on constate que le PQ cherche non seulement à connaître les priorités des Québécois, mais aussi à mesurer leur appréciation du parti fondé par René Lévesque en 1968. 

Les répondants devront, par exemple, choisir trois qualités qui définissent le Parti québécois (proche des gens, intègre, compétent, rassembleur, etc.) et trois faiblesses (revanchard, chicanier, arrogant, déconnecté, etc.). 

«Dans les choix de réponse, ce sont des choses qu’on a entendues dans la population depuis des années sur tous les partis politiques, soulève Mme Lemieux. On ne pense pas au Parti québécois qu’on est parfait, on veut vraiment écouter les gens et les entendre sur ce qu’ils croient être nos plus grands défis, ce sur quoi on doit travailler le plus.»Qui choisira le prochain chef? 

Par ailleurs, le PQ jongle toujours avec l'idée que le choix du prochain chef soit ouvert à tous les citoyens, y compris ceux qui ne possèdent pas de carte de membre. Après la défaite de Pauline Marois, aux élections de 2014, le député Alexandre Cloutier avait fait une proposition similaire qui n'avait pas été retenue. 

«C’est un débat qui est en cours, reconnaît la présidente de la formation. [...] On croit que ça pourrait faire partie des signes d’ouverture qu’on montrerait. Comme parti indépendantiste, on a l’obligation de rassembler les indépendantistes, de s’ouvrir.» 

Parmi les autres sujets abordés lors de cette consultation : la parité homme-femme, la représentativité des jeunes sur les instances internes et le poids de chacune des régions du Québec dans les décisions du parti. 

«C’est un moyen qui était nécessaire pour arriver à nos objectifs d’aller parler aux gens, d’engager un dialogue avec la population, en plus de nos membres.» 

«Dans les choix de réponse, ce sont des choses qu’on a entendues dans la population depuis des années sur tous les partis politiques. On ne pense pas au Parti québécois qu’on est parfait, on veut vraiment écouter les gens et les entendre sur ce qu’ils croient être nos plus grands défis, ce sur quoi on doit travailler le plus.» 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.