/24m/transports
Navigation

Le projet parc-nature Turcot devrait être bonifié, estime l'OCPM

Le projet parc-nature Turcot devrait être bonifié, estime l'OCPM
PHOTO COURTOISIE / VILLE DE MONTRÉAL

Coup d'oeil sur cet article

Les Montréalais désirent que la Ville revoie la délimitation du projet parc-nature Turcot afin d’y inclure notamment la falaise Saint-Jacques, le parc Terry-Fox et le lien nord-sud. C’est ce qui ressort de la consultation publique sur le projet de l’ancienne gare de triage Turcot, près de l’échangeur du même nom.

L’étude réalisée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) démontre que le projet parc-nature Turcot est bien accueilli par une majorité de citoyens et présente un potentiel intéressant. Cependant, la protection de la falaise Saint-Jacques, l’importance accordée à la nature et la présence d’un lien nord-sud reliant les différents réseaux cyclables sont trois éléments qui retiennent l’attention de la présidente de l’OPCM, Dominique Ollivier.

«On veut que la falaise [Saint-Jacques] puisse être correctement protégée, ce que le statut actuel d’écoterritoire ne garantit pas», explique Mme Ollivier, ajoutant vouloir «une protection adéquate» de la falaise, du lien (nord-sud) et du nouvel espace vert.

La présidente de l’organisme estime qu’il y a des brèches à la réglementation actuelle dans la protection des écoterritoires. «Que ce soit le déversement de neige illégal et le manque d’entretien [...] En lui donnant le statut de parc-nature, ça va permettre [à la falaise Saint-Jacques] d’être mieux protégée qu’à l’heure actuelle tout en empêchant le déversement de matière illicite», souligne-t-elle.

Le projet parc-nature Turcot devrait être bonifié, estime l'OCPM
PHOTO COURTOISIE / VILLE DE MONTRÉAL

La fondatrice de l’organisme Sauvons la falaise, Lisa Mintz, s’est dite «très contente» d’apprendre que la zone boisée située à proximité du quartier Notre-Dame-de-Grâce faisait partie des recommandations émises par l’OCPM. «Initialement, le projet s’appelait le parc-nature Turcot–La falaise. À un moment, le nom “la falaise” a disparu, sans trop savoir pourquoi», se rappelle-t-elle. Par ailleurs, Mme Mintz se réjouit de la recommandation sur l’élargissement de la zone de dégagement de la crête à 10 mètres. «On parlait d’une zone entre 5 et 10 mètres de dégagements, c’est donc très bien», souligne celle qui milite pour la sauvegarde de la falaise Saint-Jacques.

Primer la nature

L’Office de consultation publique de Montréal aimerait que le parc-nature soit un lieu de sensibilisation, d’éducation et d’innovation environnementale. «On voudrait que ce nouveau parc ne favorise pas l’usage de vélo de montagne, de football et de terrains sportifs organisés, mais plutôt permette à la nature de s’établir et s’imposer correctement dans les premières années», explique Mme Ollivier en ajoutant que l’organisme a constaté l’impact d’une présence importante d’activités humaines sur la nature, comme dans le parc Jean-Drapeau et le parc du mont Royal.

Un lien nord-sud connecté

La présidente de l’Office de consultation publique de Montréal souligne que le type de lien nord-sud mis en place doit être entretenu et doit permettre de faciliter les déplacements et les transports actifs. «C’est important que ce soit connecté aux autres liens cyclistes, on a qu’à penser au Club de Golf Meadowbrook et la piste cyclable du canal de Lachine par exemple», précise Dominique Ollivier.

Plante compte respecter les recommandations

La mairesse de Montréal affirme vouloir respecter les recommandations émises par l’OCPM. «Les Montréalais s’attendent à avoir une dalle-parc [...], ils veulent également avoir un bel espace vert. On veut en faire quelque chose qui se démarque», a précisé Valérie Plante lors d’une mêlée de presse lundi midi.

«L’idée d’un grand parc dans la falaise Saint-Jacques, on en parle depuis des années. On voit à quel point c’est une façon de faire un lien pour briser cette grande cicatrice qu’est l’autoroute 20.»

Le rapport commandé par le comité exécutif de la Ville de Montréal en juin 2018 visait à connaître les besoins et les attentes de la population concernant le développement et l’aménagement d’un grand parc dans l’écoterritoire de la falaise Saint-Jacques.