/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pour ne plus avoir peur du ballon

Coup d'oeil sur cet article

La vie, c’est une partie de ballon-chasseur : tu ne sais jamais quand tu vas recevoir le ballon en pleine tronche, alors vaut mieux te préparer à l’attraper.

Au Congrès des sciences humaines qui se déroulait la semaine passée à Vancouver, Joy Butler, professeure à l’Université de la Colombie-Britannique, affirmait que le ballon-chasseur ne devrait plus être pratiqué à l’école. Selon elle, ce jeu serait une forme « d’intimidation légalisée ».

En sixième année, comme la plupart des enfants, je vivais de l’intimidation. Ma mère avait trouvé une astuce : me faire répéter des répliques humoristiques à dire à mes intimidateurs. Ces expériences aussi rudes que formatrices ont jeté les bases de ma vie adulte. À 12 ans, j’ai appris à m’assumer.

Si on avait empêché tous les ­ballons de m’attaquer, jamais je ­n’aurais pu m’exercer à les relancer.

Médaille d’or

En mars 2019, une étude publiée par le gouvernement du Québec révélait qu’en 2016-2017, près du tiers des élèves ont été victimes d’intimidation à l’école. On voit donc l’importance de prêter main-forte aux jeunes afin qu’ils développent leur aptitude personnelle à se faire respecter.

Les jeux sont une manifestation du vivre-ensemble et comportent leur lot de possibilités : exclusions, blessures ou encore dépassement de soi.

Et si on aidait les jeunes du primaire à aiguiser leur répartie, à ne plus avoir peur des bourreaux, à détourner les insultes par le rire : verrait-on plus tard des générations d’adultes mieux outillés pour avancer sur l’échiquier de la vie ?

À trop vouloir changer les règles pour bannir toutes les manifestations d’intimidation, on oublie peut-être que c’est en jouant que l’on apprend à coexister. Le sport a toujours été le baromètre des méritants. Il est temps pour les personnes qui lancent le ballon moins fort d’aller chercher leur médaille d’or sur le podium de la vie. 


► Madeleine Pilote-Côté est diplômée de l’École nationale de l’humour. Elle a remporté notre compétition « Les novices », visant à faire connaître à nos lecteurs de nouveaux chroniqueurs d’opinions.