/sports/fighting
Navigation

«Simon Kean ne peut pas me battre» - Dillon Carman

«Simon Kean ne peut pas me battre» - Dillon Carman
Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Dillon Carman est arrivé au Québec en prévision de son combat de samedi contre Simon Kean, et il martèle à qui veut bien l’entendre qu’il n’est pas de passage dans la Belle Province pour jouer les touristes.

En entrevue sur les ondes de TVA Sports, le boxeur ontarien a lancé d’entrée de jeu qu’il n’avait rien négligé dans sa préparation d’avant-combat. 

«Je suis prêt. Je ne pourrais pas l’être davantage. Je suis arrivé au camp en parfaite forme physique, et c’est beaucoup plus simple de me pousser à fond de cette façon. J’ai notamment réussi à compléter trois courses de 10 km en moins de 60 minutes, ce qui est excellent pour un gros bonhomme comme moi.» 

Un meilleur Simon Kean?

Lorsqu’on lui demande s’il s’attend à une meilleure opposition de la part de Simon Kean que lors de leur premier combat, Carman y va d’une intéressante réponse. 

«Je l’espère! Après ma victoire contre lui, il y est allé d’une tonne d’excuses. Il disait que j’avais été chanceux, qu’il n’avait pas eu un bon camp d’entraînement. Je veux voir le meilleur de Simon Kean. De cette façon, lorsque je le mettrai K.-O., il n’aura pas d’excuses.» 

«Je sais que Simon a dû gravir une montagne d’émotions après notre premier combat, car je l’ai humilié de façon assez franche. Il peut dire qu’il est plus fort qu’avant mentalement, mais une fois dans le ring, c’est souvent une tout autre histoire.» 

 

«Simon Kean ne peut pas me battre» - Dillon Carman
Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin

 

Un plus long combat?

Lors du premier affrontement entre les deux boxeurs, Carman avait eu raison de Kean par K.-O. en quatre petits rounds. À quoi s’attendre du deuxième combat? 

«Je suis en excellente forme physique. J’ai de la dynamite dans les deux mains et il ne pourra pas encaisser tout ça. Ne clignez pas des yeux, car ce sera très expéditif.» 

Duel des plus importants

Carman démontre une belle confiance. Et il sait que le combat à venir sera des plus déterminants pour la suite de sa carrière. 

«C’est effectivement un combat du genre “do or die”. Pour moi, mais pour Kean aussi! Sérieusement... S’il perd, qu’est-ce qu’il va faire? Je vais encore une fois exposer ses faiblesses, donc je ne sais pas ce qu’il va lui arriver après l’affrontement.» 

«Simon Kean ne peut pas me battre. Il ne peut pas encaisser ma puissance, il ne peut pas bouger de façon fluide comme je le fais, et il n’a pas mon intelligence dans le ring. Voilà de nombreux indices qui laissent croire que ça ne sera pas facile pour lui.» 

Perdre... pour mieux rebondir!

En février dernier, Carman a subi une défaite aux mains du Russe Evgeny Romanov à l’occasion d’un combat présenté à Ekaterinbourg, en Russie. 

L’Ontarien s’était fait passer le K.-O. alors qu’il restait un peu plus d’une minute au premier round d’un duel prévu pour dix. 

À quel point est-ce important pour lui de revenir fort après ce dur revers? 

«C’est très important. Je veux tourner la page. Ce combat contre Kean est le plus important de ma carrière. Ma défaite en Russie m’a poussé à m’entraîner plus fort. Kean est dans le trouble, c’est moi qui vous le dis!»