/finance/business
Navigation

Unity Technologies crée 450 emplois à 100 000 $ à Montréal

Elle prévoit ouvrir ici son 2e laboratoire en intelligence artificielle au monde

Le grand patron du studio Unity Technologies à Montréal, André Gauthier, pense que la réalité augmentée s’étendra un jour à nos lunettes, et même à nos lentilles de contact, ce qui permettra d’ajouter une couche d’explication au monde qui nous entoure.
Photo Martin Alarie Le grand patron du studio Unity Technologies à Montréal, André Gauthier, pense que la réalité augmentée s’étendra un jour à nos lunettes, et même à nos lentilles de contact, ce qui permettra d’ajouter une couche d’explication au monde qui nous entoure.

Coup d'oeil sur cet article

La techno américaine de logiciels de jeux vidéo d’origine danoise Unity Technologies créera 450 emplois à 100 000 $ d’ici trois ans à Montréal, a annoncé lundi l’entreprise à ses bureaux de Pointe-Saint-Charles.

« On parle d’un investissement d’environ 30 millions $. Il s’agit d’emplois à 100 000 $ par année en moyenne », a confirmé au Journal André Gauthier, directeur du développement et chef du studio Unity Technologies à Montréal, après l’annonce.

À part le crédit d’impôt pour les affaires électroniques, la société techno ne sollicite pas d’aide financière du gouvernement pour ce nouvel investissement, assure-t-il.

Arrivée ici il y a six ans, Unity Technologies emploie près de 200 personnes à ses bureaux du Nordelec dans le quartier Pointe-Saint-Charles, un chiffre qui bondira à 650 d’ici quelques années si le recrutement va bon train.

Lundi, le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, présent à la conférence de presse, n’a pas manqué de souligner la création de 450 emplois « bien rémunérés », une priorité chère au trio économique du gouvernement Legault.

On y recrutera des ingénieurs en logiciels, des spécialistes en infonuagique, des chercheurs en apprentissage profond, des artistes, entre autres choses.

Entrée en Bourse

Son directeur André Gauthier se défend bien de faire mal aux autres entreprises québécoises en séduisant les mêmes cerveaux. « Ça me fait sourire un peu ça », dit-il.

« Il y a des gens qui bougent d’une entreprise à l’autre, mais on va aussi en chercher dans les universités ou dans nos bureaux à l’extérieur du pays », poursuit-il.

Avec sa trentaine de bureaux dans le monde et ses jeux vidéo mobiles célèbres, comme Angry Birds ou Pokemon Go, Unity Technologies s’apprêterait à faire le saut en Bourse dès l’an prochain, selon Cheddar Inc.

Le géant du logiciel vaudrait plus de 3 milliards $ US et son chiffre d’affaires dépasserait les 300 millions $ US, toujours selon le média new-yorkais.

Seule ombre au tableau, Unity Technologies a créé la commotion ces derniers jours en raison d’un scandale sexuel allégué visant sa haute direction.

Son ancienne vice-présidente des ressources humaines, Anne Evans, a porté plainte contre le PDG, John Riccitiello, qu’elle accuse de harcèlement sexuel, rapporte TechCrunch.

« Je ne suis pas en mesure de commenter ce dossier-là », s’est limité à dire le grand patron du bureau de Montréal, André Gauthier, quand on l’a interrogé à ce sujet, lundi.

Unity Technologies

  • Fondation : 2004 à Copenhague (Danemark)
  • Siège social : San Francisco, Californie
  • Pays : 20
  • Employés : 2300
  • PDG : John Riccitiello
  • Actionnaire majoritaire : Unity Ipr ApS (Danemark)
  • Administrateurs : Ruth Ann Keene, présidente (San Anselmo, Californie) Kimberly Jabal, secrétaire (Menlo Park, Californie)

Source : Unity Technologies – Montréal et Registraire des entreprises du Québec