/24m
Navigation

Fouille électronique à la douane

« Effacez vos photos de nudité ! » — Me Cyndee Todgham Cherniak

Vacances construction - douane
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Avis à ceux qui aiment à se prendre en photo sans vêtement ou qui trimballent une collection d’images intimes du conjoint : un petit ménage de vos appareils s’impose peut-être avant de passer la frontière. Sachez que le douanier peut exiger votre mot de passe pour fouiller vos photos ou textos et pour lire vos courriels.

Si vous refusez de donner votre mot de passe au douanier (ou de déverrouiller l’appareil pour lui), vous commettez un crime et risquez de vous retrouver avec un casier judiciaire. Vos appareils seront saisis pendant plusieurs semaines ; un laboratoire les piratera pour accéder à vos données de force.

Bref, mieux vaut obtempérer et espérer que l’agent ne trouve rien pour éveiller ses soupçons... par exemple des photos montrant un enfant nu. « Cet enfant est peut-être le vôtre en train de prendre son bain et qui est mignon, mais ça, l’agent qui voit ces images ne le sait pas, commente l’avocate Cyndee Todgham Cherniak. Effacez vos photos de nudité ! »

Zèle

Me Cherniak représente chaque année près d’une centaine de gens ayant maille à partir avec l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Certains de ses clients avaient peut-être des choses à cacher, mais pas forcément : comme dans le cas de la photo de bébé dans le bain, ça peut dépendre du jugement ou de l’absence de jugement (ou du zèle paranoïaque) de l’agent que la Providence a placé sur votre chemin.

Exemple personnel : par le passé, j’ai déjà photographié des « pipes à crack » aux fins d’un reportage. « Un douanier américain qui trouverait ces images dans ton téléphone serait en droit de te refuser l’entrée », me dit Me Todgham Cherniak qui, pour sa part, utilise toujours un ordinateur de voyage (bas de gamme à quelque 200 $) avec lequel elle accède à distance à ses données au besoin. Elle veut éviter de se trouver coincée entre l’ASFC qui exige un mot de passe pour lire ses dossiers et son obligation de garder le secret professionnel.

Chasse aux menteurs

Tandis qu’un policier ne pourrait exiger votre mot de passe et fouiner dans votre téléphone sans un mandat, la loi sur les douanes donne aux agents de fouiller les bagages et les biens en quête de choses interdites ou d’indices démontrant qu’une personne ment ou se prépare à enfreindre la loi au moment de passer la frontière, par exemple des reçus électroniques de biens achetés à l’étranger valant davantage que le montant déclaré ou un courriel d’employeur pour quelqu’un qui dit venir en voyage seulement.

« Ça choque beaucoup de gens, mais l’ASFC considère que votre téléphone ou ordinateur est exactement comme un sac dans lequel le douanier peut fouiller pour assurer sa mission », dit Me Todgham Cherniak.

Vous voilà avertis.