/news/green
Navigation

Interdire le plastique: les scientifiques saluent l'annonce, mais veulent des réponses

Coup d'oeil sur cet article

D’une même voix, scientifiques et groupes écologistes accueillent favorablement l’annonce de Justin Trudeau, qui interdira le plastique à usage unique dès 2021. Plusieurs questions demeurent toutefois sans réponses quant au fonctionnement et à la réalisation d’une telle loi.

«Cela peut sonner la fin pour des entreprises»

L’intention d’Ottawa d’interdire le plastique à usage unique à travers le pays dès 2021 pourrait annoncer la mort de certaines entreprises, estime le directeur général de la Vallée de la Plasturgie, qui aurait aimé un délai plus long.

«Pour certaines compagnies, cela peut sonner la fin. Il y a des entreprises qui sont exclusivement dans le plastique jetable», avance Simon Chrétien, qui espère que le gouvernement fournira rapidement davantage de précisions sur sa définition de produits à usages uniques.

M. Chrétien s’interroge sur le rôle des consommateurs, des entreprises utilisant des produits de plastique et des municipalités. Il affirme qu’un travail de sensibilisation doit également être réalisé et que les solutions entourant le recyclage auraient intérêt à être bonifiées.

«La problématique n’est pas dans la matière ou l’utilisation, c’est dans la gestion de fin de vie. Le plastique ne va pas dans l’océan tout seul», fait-il valoir. «Le public a une grande responsabilité. Le plastique peut être récupéré des milliers de fois», ajoute-t-il.

Des changements réalistes

Lyne Morissette
Photo Simon Clark
Lyne Morissette

Même s’ils sont satisfaits de l’annonce du gouvernement Trudeau, les groupes écologistes estiment toutefois que les changements d’habitudes de consommation de plastique à usage unique devront être «réalistes» pour le consommateur.

«Il faut que les gens soient capables de faire des changements sans que ce soit trop gros ou que ça demande trop d’efforts», indique la chercheuse en biologie marine et océanographe, Lyne Morissette. Elle souhaite ainsi que les grandes entreprises qui vendent des objets de plastique à usage unique profitent de cette annonce pour «prendre une longueur d’avance».

«Au lieu de le voir comme une contrainte, elles devraient le voir comme une opportunité. Qu’ils développent des pailles en carton ou des bouteilles compostables, par exemple, ils vont ainsi devenir attrayants pour le consommateur puisque ce sera une loi», affirme la scientifique.

Le domaine de la restauration inquiet

Le représentant des restaurateurs et services alimentaires canadiens admet que l’annonce du gouvernement Trudeau représentera un important défi pour ses 32 000 membres au pays. Alors que les pailles, couvercles, ustensiles et sacs de plastique sont omniprésents dans plusieurs restaurants, le porte-parole de Restaurants Canada émet des réserves quant aux solutions qui seront amenées par le gouvernement.

«Nous sommes soumis à une réglementation pour la salubrité et la sécurité des aliments. Et, les produits de plastique sont excellents pour ça, ce pour quoi ils sont si largement utilisés», indique le porte-parole, David Lefebvre.

Ce dernier souhaite également que les alternatives écologiques, souvent plus dispendieuses, ne ruinent pas les restaurateurs. «Il ne faut pas oublier que nos membres ont une marge de profit moyenne de 4 %», affirme-t-il.

Taxer les produits à usage unique?

Les écologistes questionnés par Le Journal se demandent comment le gouvernement Trudeau arrivera à convaincre les Canadiens de réduire leur consommation de produits plastiques à usage unique. L’organisme Équiterre estime qu’il faudra taxer les contenants à usage unique, plutôt que d’uniquement proposer des substituts.

«On ne peut plus remplir nos bacs de recyclage et sentir qu’on fait quelque chose de bien pour l’environnement, surtout considérant que moins de 10 % du plastique utilisé au Canada est recyclé. Il faut réduire nos déchets tout court de façon drastique», affirme Colleen Thorpe, directrice d’Équiterre.

Ce qu’il faut bannir au plus vite, selon les écologistes

Photo Simon Clark

Le gouvernement devrait par ailleurs prioriser les objets de plastique qui représentent une menace pour les animaux, estime le Fonds mondial pour la nature (WWF). «Nous nettoyons les rivages canadiens depuis 25 ans et nous retrouvons des sacs de plastique, ballons de fête, ustensiles et des cordages de pêche sur les plages, mais aussi dans les estomacs des mammifères marins», affirme la porte-parole de l’organisme, Sophie Paradis.

  • PAILLES
  • SACS DE PLASTIQUE
  • EMBALLAGES EN STYROMOUSSE
  • BOUTEILLES
  • BALLONS DE FÊTE
  • BOUCHONS ET COUVERCLES
  • APPLICATEURS DE TAMPONS
  • USTENSILES
  • BÂTONNETS À CAFÉ

En rappel...