/finance/business
Navigation

Rencontre annulée entre les représentants des travailleurs d’ABI et le ministre Fitzgibbon

Coup d'oeil sur cet article

Des représentants des travailleurs en lock-out d'ABI n'ont pas pu s'entretenir avec le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, comme c’était prévu.

La rencontre, qui devait durer 15 minutes mardi après-midi, a été annulée lundi soir. Selon une source, la plainte logée contre François Legault à l'Organisation internationale du travail par le syndicat des Métallos serait à l'origine de cette décision.

À sa sortie de l'Auberge Godefroy, où une vingtaine de travailleurs en lock-out l'attendaient, le ministre Fitzgibbon a confirmé qu'il n'y aurait pas de rencontre.

«C'est mon collègue Jean Boulet qui est au dossier. Je m'en remets à lui. On est sensibles aux employés», s'est-il limité à dire.

Les deux délégués syndicaux ont déploré qu'il en soit ainsi. Ils assurent que leur intention n'était pas d'interpeller le ministre quant aux propos controversés de François Legault, qui a appelé le syndicat à faire des compromis.

«Nous, on voulait faire part au ministre que ce sont 500 millions de dollars de retombées économiques qu'on perd à cause du lock-out», a assuré Pascal Lampron.

«On avait une rencontre prévue. C'est sûr que c'est décevant pour nous»,a ajouté son collègue Yvan Perreault.

De son côté, le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a tenu à défendre son chef.

«Je rappelle que François Legault n'a pas voulu s'immiscer dans le conflit. On a sollicité sa participation et il a donné son opinion. Monsieur Legault est quelqu'un de franc et de direct», a commenté le député.