/news/currentevents
Navigation

Tué par erreur: le deuxième accusé aussi coupable

Le tireur avait criblé de balles la mauvaise personne

FD-HOMME-BALLE-CAFE
Photo Agence QMI, Maxime Deland Angelo D’Onofrio, un homme sans histoire, a été tué par balles au Hillside Café dans le quartier Ahuntsic, à Montréal, par un tireur qui s’était trompé de cible, en juin 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Le complice d’un tueur qui s’était trompé de cible en abattant un septuagénaire sans histoire vient lui aussi d’être déclaré coupable, aujourd'hui.

«Il a aidé [...] à commettre le meurtre en faisant du repérage devant les lieux du crime [...] et en conduisant le véhicule de fuite après les événements», a tranché le juge Daniel Royer, avant de déclarer Ebamba Ndutu Lufiau coupable d’homicide involontaire, aujourd'hui au palais de justice de Montréal.

Ebamba Ndutu Lufiau.
Complice
Photo courtoisie
Ebamba Ndutu Lufiau. Complice

Lufiau, 29 ans, a toutefois évité la prison à vie, puisqu’il était à l’origine accusé de meurtre au premier degré pour un événement qui s’était déroulé en pleine rue, le 2 juin 2016.

Ce jour-là, Angelo D’Onofrio, un septuagénaire sans histoire, était attablé au Hillside Café de la rue Fleury, à Montréal, quand il a été criblé de balles par Jeff Joubens Theus. Le meurtrier, qui a depuis été condamné à la prison à vie, s’était ensuite enfui avec l’aide de son complice Lufiau.

Angelo D’Onofrio
Photo courtoisie
Angelo D’Onofrio

Mauvaise personne

Or, il s’est avéré que les criminels s’étaient trompés de cible. Selon la preuve de la Couronne, le tueur cherchait plutôt à abattre Antonio Vanelli, une personne liée à la mafia italienne montréalaise. Vanelli, un habitué de ce café, s’était d’ailleurs présenté sur les lieux ce jour-là.

«Son véhicule y était toujours au moment des événements, alors que lui n’était pas au café-bar, puisqu’il assistait à des funérailles», peut-on lire dans le jugement.

Lufiau et Theus ont été arrêtés quelques mois plus tard, à la suite d’une longue enquête policière.

Jeff Joubens Theus.
Meurtrier
Photo courtoisie
Jeff Joubens Theus. Meurtrier

Or, durant son procès, Lufiau a nié toute implication dans le meurtre. Son avocat, Steve Hanafi, a plaidé qu’il n’y avait pas de preuve que son client conduisait la voiture de fuite. L’accusé a lui-même impliqué deux autres personnes.

Pas convaincant

Lufiau a également affirmé que ses messages texte au sujet du meurtre ne signifiaient pas qu’il était impliqué, mais plutôt «préoccupé» par l’enquête policière, puisqu’il était considéré comme un suspect.

Quant à son ADN retrouvé sur une tuque, sa valeur en preuve serait «très faible», selon ce que soutenait la défense.

Le témoignage évasif de Lufiau n’a toutefois pas convaincu le juge, qui a conclu que Lufiau devait savoir qu’un crime se préparait.

Par contre, le magistrat n’a pas été convaincu que l’accusé était nécessairement au courant des intentions meurtrières de son complice.

«Mais il est prouvé hors de tout doute raisonnable qu’une personne [...] dans les mêmes circonstances aurait prévu le risque de lésions corporelles [...] découlant de son aide», a tranché le juge en déclarant donc Luffiau coupable d’homicide involontaire plutôt que de meurtre.

Cela signifie que Luffiau, contrairement à son complice, évite la prison à vie. Les plaidoiries sur la peine à lui imposer devraient avoir lieu dans une dizaine de jours.