/news/politics
Navigation

Vérificatrice générale: l’Assemblée nationale ordonne au Fonds vert d’ouvrir ses livres

bloc assemblée nationale
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – L’Assemblée nationale ordonne au Conseil de gestion du Fonds vert d’ouvrir ses livres au Vérificateur général du Québec dès l’automne pour que ses pratiques fassent l’objet d’un examen approfondi.

Une motion en ce sens, déposée par le député péquiste Sylvain Gaudreault, a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale, mardi.

«C'est inqualifiable qu'un fonds qui gère 5 milliards $ ne soit pas plus transparent que ça pour recevoir le Vérificateur général, qui pourrait faire toute la lumière sur la gestion des comptes du Fonds vert», a indiqué M. Gaudreault, lors de son point de presse.

Le Commissaire au développement durable, qui relève du VG, avait révélé en mai dernier qu’une bisbille entre le Conseil de gestion du Fonds vert et le ministère de l’Environnement l’empêchait d’accéder en toute transparence aux données lui permettant de mener son audit. Le Commissaire déplorait notamment que les deux organismes ne s’entendaient pas sur «l’interprétation des rôles et responsabilités» de chacun.

Le député péquiste croit que l’adoption de cette motion par l’Assemblée nationale permettra effectivement à la VG de faire son travail. Si ce n’est pas le cas, «ce serait un outrage au Parlement», croit M. Gaudreault.

«J'ai confiance que, maintenant, le Fonds vert va dire: “Bien, on n'a pas le choix puis on travaille différemment pour permettre au Vérificateur général d'avoir accès à toute l'information”», a-t-il indiqué.

Le Fonds vert, créé en 2006, a pour objectif premier de lutter contre les changements climatiques. Une part importante de son financement provient des quatre cents le litre payés par les automobilistes sur l’essence.