/sports/hockey
Navigation

Les derniers seront les premiers

Dans la cave du classement général le 3 janvier, les Blues remportent la Coupe Stanley.

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | Peu nombreux sont ceux qui auraient parié sur les Blues de St. Louis pour gagner la Coupe Stanley, il y a six mois. Même à l’intérieur de leur propre vestiaire, les troupiers de Craig Berube ne devaient pas trop se bercer d’illusions.

«Les derniers seront les premiers», «rien ne sert de courir; il faut partir à point». Les clichés sont nombreux pour décrire le chemin parcouru par les Blues. Toujours est-il qu’ils sont devenus la première équipe à remporter la Coupe Stanley après avoir croupi au dernier rang du classement général après 30 matchs de saison.

Ce dernier match d’un éreintant calendrier éliminatoire aura été à l’image des séries des champions. Menés par Ryan O’Reilly, Alex Pietrangelo et Jordan Binnington, leurs trois principaux candidats au titre de joueur par excellence des séries, les Blues ont eu le dessus sur les Bruins au compte de 4 à 1, mercredi au TD Garden.

Les Blues auront donc mis 26 matchs éliminatoires, dont sept en grande finale, pour procurer à leurs partisans un premier sacre en près de 52 ans d’histoire.

O’Reilly récompensé

C’est O’Reilly qui a reçu le trophée Conn-Smythe. Acquis dans une transaction le 1er juillet, l’attaquant a connu des séries du tonnerre, récoltant 8 buts et 15 passes, tout en neutralisant les marqueurs adverses grâce à son flair défensif et son efficacité dans le cercle des mises en jeu.

«La coupe, c’est le but ultime. Je tentais simplement d’être une étincelle et de faire une différence. Regarder les noms sur ce trophée et faire partie de ce groupe, c’est difficile à décrire comme sentiment. Plusieurs de ces joueurs sont ceux pour qui je me prenais lorsque j’étais enfant», a-t-il expliqué.

En ouvrant le pointage pour les Blues, O’Reilly est devenu seulement le troisième joueur, le premier en 53 ans, à inscrire le premier but de son équipe lors de quatre matchs consécutifs en finale.

L’Ontarien de 28 ans est également devenu le 14e joueur à marquer dans quatre matchs de suite en grande finale. Wayne Gretzky avait été le dernier à réaliser l’exploit au printemps de 1985.

Photo AFP

Binnington impérial

Le début de match donnait plutôt l’impression que les Bruins parviendraient à réussir le même tour de force que lors de conquête de 2011: résister deux fois à l’élimination.

Ils ont bombardé le filet des Blues à 12 reprises. À plusieurs occasions, Binnington a dû faire des acrobaties devant le filet. En fait, la recrue de 25 ans a été fidèle à ses statistiques. Avant la rencontre de mercredi, il présentait un dossier de 7-2, un taux d’efficacité de ,933 et une moyenne de buts alloués de 1,86 lors de matchs suivant une défaite.

En matinée, malgré l’enjeu d’un septième match de la finale de la Coupe Stanley, il avait osé se présenter devant les médias. Avec son calme habituel, il a lancé: «C’est un match comme les autres.»

Deux buts en quatre tirs

La tempête était si forte que les Blues ont passé un peu plus de 16 minutes sans obtenir un seul tir au but.

Une fois le vent calmé, O’Reilly et Pietrangelo ont offert une priorité de deux buts à leur formation. Deux buts réussis en seulement quatre tirs. À la défense de Tuukka Rask, disons que les Blues ont frappé dans le mille chaque fois.

«On n’a pas connu une bonne première période, mais on a trouvé le moyen de prendre les devants 2 à 0.  À partir de là, on s’est ressaisi et on a mieux joué en deuxième et en troisième», a mentionné David Perron.

Le reste du match a été l’affaire des Blues. Berube et ses adjoints ont apporté les ajustements nécessaires. À compter de la deuxième période, les hommes de Bruce Cassidy se sont rarement approchés du filet ennemi. La très grande majorité de leurs tirs provenaient de l’extérieur des cercles de mises en jeu. Il n’y a que Joakim Nordstrom qui est parvenu à se faufiler, mais Binnington a étiré la jambière.

+
La recrue
Jordan Binnington a des nerfs d’acier.  Il a repoussé 32 des 33 tirs des Bruins, gardant son équipe dans le match au premier vingt.
-
Le premier trio
Dans un match ultime, les meilleurs doivent se lever. Ça n’a pas été le cas chez les Bruins. Bergeron, Marchand et Pastrnak n’ont pas été menaçants.
4
1
Première période
1-STL: Ryan O’Reilly (8) (Bouwmeester, Pietrangelo) 16:47 2-STL: Alex Pietrangelo (3) (Schwartz) 19:52
Punitions: Punition: Parayko (Stl) 7:57.
Deuxième période
Aucun but.
Punitions: Punition: aucune.
Troisième période
3-STL: Brayden Schenn (5) (Tarasenko, Schwartz) 11:25 4-STL: Zach Sanford (1) (Perron, O’Reilly) 15:22 5-BOS: Matt Grzelcyk (4) (Krejci) 17:50
Punitions: Punition: aucune.
Tirs au but
ST. LOUIS 4 - 6 - 10 - 20 BOSTON 12 - 11 - 10 - 33
Gardiens:
STL: Jordan Binnington (G, 16-10). BOS: Tuukka Rask (P, 15-9).
Avantages numériques:
STL: 0 en 0, BOS: 0 en 1.
Arbitres:
STL: 0 en 0, BOS: 0 en 1.
Juges de lignes:
Scott Cherrey, Derek Amell.
ASSISTANCE:
17 565.

Voici le résumé du match en détail.   

3e période             

20:00 – Fin du match   

18:52 – BUT – Matt Grzelcyk réduit l’écart à 4 à 1 avec un peu plus de deux minutes à faire.    

17:50 – Les Bruins retirent leur gardien au profit d’un sixième patineur avec un mince espoir d’effectuer une remontée.     

15:22 – BUT – Zach Sanford enfonce un clou dans le cercueil des Bruins en procurant une avance de 4 à 0 aux Blues.    

14:00 – Les Bruins y vont le tout pour le tout en employant quatre attaquants et un seul défenseur afin de mettre de la pression sur la défensive adverse.       

11:25 – BUT –Brayden Schenn profite d’une remise parfaite de Vladimir Tarasenko pour envoyer la rondelle derrière le gardien des Bruins et accentuer l’avance des siens.        

8:54 – Binnington vole un but certain à Joakim Nordström en étirant la jambière droite pour empêcher l’attaquant des Bruins de réduire l’écart.          

3:10 – Oskar Sundqvist obtient deux chances en or d’accentuer l’avance de son équipe, mais Tuukka Rask résiste deux fois plutôt qu’une.            

1:06 – Torey Krug obtient la première chance de cette troisième période, mais son tir sur réception est capté par Binnington avec sa mitaine.             

2e période                  

20:00 – Fin de la deuxième période              

19:34 – Binnington refuse de broncher, stoppant cette fois le tir à bout portant de Danton Heinen avec moins d’une minute à faire au deuxième engagement.              

17:40 – David Pastrnak fait habilement dévier un tir de loin de Patrice Bergeron, mais Binnington effectue une lecture parfaite de la séquence et réalise l’arrêt.               

10:06 – Tuukka Rask réalise un arrêt spectaculaire aux dépens de Brayden Schenn après que celui-ci eut redirigé une passe habile de Jaden Schwartz lors d’une situation de deux contre un.           

AFP

9:35 – Les Blues se défendent avec brio, limitant les chances de marquer des Bruins et en maintenant la rondelle profondément dans le territoire adverse.                 

4:36 – Les Bruins maintiennent la possession de la rondelle, mais n’arrivent pas à percer la muraille défensive des Blues.                  

1re période                               

20:00 – Fin de la première période.                    

19:58 – BUT –L es Blues profitent d’un mauvais changement des Bruins pour doubler leur avance. C’est le défenseur Alex Pietrangelo qui obtient cette deuxième réussite pour les Blues avec 7,9 secondes à faire au premier engagement.                   

16:47 – BUT – Les Blues frappent en premier par l’entremise de Ryan O’Reilly qui fait dévier un tir de la pointe de Jay Bouwmeester.                     

11:36 – Binnington se signale à nouveau, cette fois face à Marcus Johansson qui s’est retrouvé seul devant le gardien, mais n’a pu le déjouer malgré une belle feinte du revers.                      

9:49 – Jordan Binnington réalise plusieurs bijoux durant l’avantage numérique des Bruins en frustrant d’abord Brad Marchand puis David Kreijci avec des arrêts acrobatiques.  

7:58 – Les Bruins obtiennent le premier jeu de puissance de ce match après que Colton Parayko eut envoyé la rondelle directement dans les estrades à partir de son territoire.                        

6:31 – Le défenseur des Blues Joel Edmundson sauve son gardien en bloquant un tir de Sean Kuraly qui provenait de l’enclave. Ce dernier est à nouveau frustré quelques instants plus tard, cette fois par Binnington qui stoppe son tir du revers.                         

3:49 – Les Bruins obtiennent leur première chance de marqueur en provenance du bâton de Torey Krug, mais le gardien Jordan Binnington effectue un arrêt non sans difficulté.                          

0:47 – Les Blues mettent de la pression dès les premiers instants du match, mais le quintette défensif des Bruins ne bronche pas.                            

0:00 – Début du match