/sports/opinion/columnists
Navigation

L’aventure à l’état pur au Lac Brûlé

Coup d'oeil sur cet article

LAC BRÛLÉ | Si vous recherchez d’une destination offrant un territoire où vivre une véritable aventure de pêche, avec des truites mouchetées de très belle taille, placez le nom du lac Brûlé à votre agenda.

La semaine dernière, en compagnie du directeur de la réserve faunique des Laurentides, Sylvain Boucher, j’ai pu découvrir cette nouvelle offre de pêche vraiment unique.

« Cette partie du territoire a été classée Réserve de biodiversité, ce qui signifie qu’ici, il n’y aura jamais de développement, donc pas de réseau routier pour se rendre aux lacs sur le territoire », explique M. Boucher.

« C’est dans cet esprit que nous avons voulu donner une nouvelle vocation au secteur avec une pêche aventure et logement dans les nouveaux prêt-à-camper Étoile. Pour atteindre les lacs en périphérie, il faut donc emprunter des sentiers de différentes longueurs, avec des temps de marche variant de 10 minutes à une heure et demie. »

Cela prouve hors de tout doute que ces forfaits ont été créés pour attirer une nouvelle clientèle, les plus jeunes qui sont en quête d’une aventure en nature qui leur permettra de pousser leurs limites au maximum.

Le logement en Étoile, une nouvelle formule entre la tente et le chalet, permet de se sentir en camping tout en ayant un confort supplémentaire.

L’immense fenestration à l’avant de l’installation vous donne l’impression d’être continuellement dehors.

Il n’y a pas d’eau courante ni de toilette ou douche à l’intérieur des Étoiles. Vous devez utiliser le bloc sanitaire situé au centre du terrain. Un bâtiment communautaire est aussi disponible.

Michel Simard, le directeur Sylvain Boucher et Gilles Dubois, heureux de leur séjour dans le secteur du lac Brûlé.
Photo Julien Cabana
Michel Simard, le directeur Sylvain Boucher et Gilles Dubois, heureux de leur séjour dans le secteur du lac Brûlé.

ET LA PÊCHE

Pour pratiquer la pêche, vous avez deux options. Vous pouvez vous mesurer aux truites du lac Brûlé, qui peuvent atteindre de belles tailles, jusqu’à trois livres.

Si vous désirez tenter votre chance sur des lacs qui n’ont à peu près jamais été pêchés, vous devez emprunter les sentiers aménagés à cette fin.

« Pour aider à la qualité de l’expérience, nous avons décidé de fournir dans le forfait les moteurs et l’essence pour toutes les embarcations. Cela signifie que si les pêcheurs se rendent sur un petit lac, ils y trouveront l’embarcation avec moteur et essence déjà rendus. Ils pourront ainsi se concentrer sur le transport de leurs engins de pêche pour tenter de déjouer les grosses mouchetées qui dorment dans ces lacs. »

Effectivement, des membres du groupe qui se sont rendus sur un petit lac sont revenus avec quatre belles mouchetées indigènes, dont la plus grosse faisait osciller la balance à 2,5 livres.

Sur le grand lac, malgré des conditions qui n’étaient pas faciles, nous avons réussi à atteindre nos limites avec certains spécimens qui dépassaient la demi-livre. La meilleure façon de tromper la truite était d’utiliser une Toronto Wobbler de 3 pouces de couleur argent et bleue.

Pour la mouche, seul le Wooly Bugger de couleur noire, imitant une sangsue, donnait de bons résultats.

PRIX ABORDABLE

Le secteur Brûlé est situé au centre ouest de la réserve. Il est accessible par une route forestière de 82 kilomètres, avec entrée via le secteur Launière.

Sur place, en plus des quatre Étoiles, on retrouve deux petits camps qui rappellent à leur façon que le territoire n’était accessible qu’en hydravion dans le passé.

Pour séjourner là-bas, il faut débourser au minimum 89 $ par nuit par personne. Cela vous donne droit à la pêche, à l’hébergement avec bloc sanitaire et à une embarcation avec moteur et essence.

Si vous déboursez 125 $ par nuitée par personne, vous aurez droit au service plus qui comprend les mêmes services plus l’éviscération et l’entreposage de vos prises. Sur place, Simon Couette et Philippe Leblanc s’occupent très bien des pêcheurs.

Mentionnons aussi que vous avez la possibilité de vivre des excursions de pêche sur la rivière Métabetchouan.

Pour l’avoir déjà fait, je vous recommande de le faire lors de votre séjour. La pêche à la mouche sur ce cours d’eau exceptionnel est une aventure qu’il ne faut pas rater.

Pour tout connaître sur les disponibilités, vous pouvez vous adresser au bureau de la réserve au (418) 528-6868, poste 239. Monsieur Charles Bergeron saura vous renseigner sur tout ce qui touche ce forfait.

Pour la grande aventure, la découverte d’une nature sauvage et la possibilité de débusquer des truites géantes dans des lacs qui n’ont jamais été pêchés ou presque, c’est la destination.

En Bref

Attention aux ours

Les ours noirs ont maintenant quitté leurs tanières afin de reprendre leur vie de tous les jours dans les forêts du Québec. En début de saison, il n’est pas rare de les voir s’approcher des sentiers pédestres ou des secteurs résidentiels, en quête de nourriture. Il y a certaines précautions à prendre comme de ne jamais laisser traîner de la nourriture à l’extérieur ni de déchets dégageant de fortes odeurs, parce qu’il faut se rappeler que cet animal possède un excellent sens de l’odorat et qu’en début de saison, il est affamé après son hibernation. Si, malgré vos précautions, vous vous retrouvez face à un ours, surtout ne jamais faire le mort ou monter dans un arbre parce que l’ours est un excellent grimpeur. Pour tout savoir sur le dossier de l’ours noir, rendez-vous sur le site www.mffp.gouv.qc.ca.