/opinion/columnists
Navigation

Tramway et pensée magique

Coup d'oeil sur cet article

Aucun projet de transport structurant au monde ne fera jamais l’unanimité, pas plus qu’il ne sera complété sur l’ensemble du territoire en une seule étape. Croire le contraire relèverait de la pensée magique.

Depuis des semaines, des citoyens du secteur Pie-XII, tout comme le grand patron de Revenu Québec, expriment leur mécontentement par rapport au tracé du tramway. C’est leur droit.

Néanmoins, un projet de cette envergure ne peut pas faire que des heureux. Il y aura des mécontents, et ils seront encore beaucoup plus nombreux le jour où débuteront les travaux d’aménagement.

De la même façon, le tramway ne pourra desservir l’ensemble du territoire tout de go sans qu’il en coûte encore bien d’autres milliards que les gouvernements n’ont pas.

Une chose est certaine, une majorité de citoyens de Québec sont pour un tel projet et l’ont exprimé à maintes reprises ces dernières années. Si la Ville de Québec a bien fait son travail et continue de bien le faire, il y aura aussi beaucoup plus de citoyens heureux, et qui verront leur qualité de vie s’améliorer grâce à ce mégaprojet.

Puis, il faut bien partir quelque part. Montréal, plus grande ville du Québec, a son système de transport lourd depuis 1966 et ne l’a pas aménagé en une seule phase.

Des lignes continuent de s’ajouter pour desservir de nouveaux territoires, parce que ça fonctionne. Ce ne sera pas différent pour Québec.

Message contradictoire

À plusieurs occasions depuis qu’il a accordé son appui au projet de transport structurant de Québec, le gouvernement Legault a donné l’impression de parler des deux côtés de la bouche. Cette stratégie douteuse s’est perpétuée en commission parlementaire hier.

La tentation était forte pour des élus caquistes d’arrière-ban de tenter de faire du millage aux dépens du projet. Le député Sylvain Lévesque a même encore remis en question le choix du mode, lui opposant celui d’un métro.

La réalité, c’est que le gouvernement caquiste peine à réunir les fonds pour le projet dans son état actuel, au point qu’il a dû étaler le financement par phases, étalé sur quatre ans. Vivement que ce projet de loi soit adopté, qu’on cesse de faire de la démagogie sur le projet le plus important de l’histoire moderne de la région.