/news/currentevents
Navigation

Un accusé demeure derrière les barreaux

Il aurait participé à une tentative de meurtre

Coup d'oeil sur cet article

Un homme accusé d’avoir pris part à la tentative de meurtre ratée au début du mois à Saint-Eustache devra patienter encore un mois derrière les barreaux avant de savoir si un juge lui accordera sa liberté dans l’attente de son procès.

Les proches venus au palais de justice de Saint-Jérôme pour soutenir l’accusé Jean-Gérard III Sterling semblaient bien déçus lorsque le juge Sylvain Lépine a indiqué qu’il ne rendrait sa décision que le 9 juillet.

C’est la première fois que le jeune homme de 21 ans est détenu, lui qui n’a aucun antécédent judiciaire. Il fait face à des accusations de tentative de meurtre avec une arme à feu, survenue le 3 juin dernier.

L’enquête sur remise en liberté du coaccusé dans cette affaire, Hensley Jean, 23 ans, a été remise au 18 juin.

Ce qui a été présenté au tribunal mercredi dans le cadre de l’enquête pour remise en liberté de Sterling est frappé d’une ordonnance de non-publication, une procédure normale, à ce stade-ci du dossier.

Un sergent-détective de la police de Saint-Eustache a témoigné de l’ensemble de la preuve recueillie jusqu’à présent contre les deux jeunes accusés. Une vidéo a notamment été dévoilée.

Sterling n’a pas pris la parole afin de tenter de convaincre le juge. Or, son père s’est adressé au juge pour de prendre sa défense, sans toutefois diminuer l’importance des accusations.

Confiance du public

« On a demandé aujourd’hui [mercredi] au tribunal un exercice difficile de pondération entre les droits de l’accusé et son intérêt, face aux intérêts d’une société juste et démocratique qui prend en compte la présomption d’innocence, tout en reconnaissant le droit à tout individu d’avoir un cautionnement raisonnable », a fait valoir au Journal l’avocat de la défense, Alexandre Garel.

« Les motifs pour lesquels le ministère public s’oppose à la remise en liberté de M. Sterling sont la confiance du public envers une saine administration de la justice, ainsi que la sécurité et la protection de la population, a déclaré le procureur de la Couronne Steve Baribeau. L’individu fait face à une des accusations parmi les plus graves du Code criminel. »