/news/currentevents
Navigation

Nouvelle bague pour une athlète olympique

Elle s’est fait voler son bijou dans un vestiaire de gym

bague olympique
Photo courtoisie Catrine Lavallée pose fièrement avec sa nouvelle bague, gracieuseté de Graduor.

Coup d'oeil sur cet article

La skieuse olympique Catrine Lavallée a reçu une nouvelle bague souvenir des Jeux après s’être fait dérober la sienne dans un gymnase de Terrebonne, le mois dernier.

« Oh my God, j’en ai une nouvelle ! Comme les gens peuvent être gentils et généreux », a écrit jeudi sur sa page Facebook la spécialiste du saut acrobatique qui semblait vraisemblablement aux anges.

Le 5 mai, Le Journal publiait que la Montréalaise de 23 ans était profondément attristée qu’un malfaiteur lui ait volé sa bague d’Équipe Canada, qui avait une importance inestimable à ses yeux.

Ce bijou lui avait été remis en 2018, après ses premiers Jeux d’hiver à Pyeongchang, en Corée du Sud, où elle a terminé au 19e rang.

Le crime allégué aurait été commis alors qu’elle s’entraînait avec des amis au Tech Gym. L’anneau se trouvait dans son sac à dos, dans une case non cadenassée du vestiaire. Mme Lavallée n’a pas retrouvé le précieux objet depuis.

Pas une question d’argent

Cependant, après la parution de l’article, elle a été contactée par une entreprise de Terrebonne qui lui a offert une nouvelle bague, gratuitement.

« Ils trouvaient que la valeur sentimentale de la bague était bien supérieure à sa valeur financière, a indiqué l’athlète. Je ne peux pas être plus reconnaissante. Je les remercie de ce cadeau précieux. »

« On trouvait ça dommage. Ce n’est pas n’importe qui qui peut faire les Olympiques. Pour nous, ce n’est pas grand-chose », a expliqué Patrice Beauchamp, copropriétaire du bijoutier Graduor.

Pour Mme Lavallée, il s’agit d’un souvenir qui a une grande valeur, qui « signifie [qu’elle a] grandi depuis ce jour ».

« C’est une expérience qui a changé ma vie, dont je suis fière, et ces personnes l’ont rendue encore plus spéciale », a-t-elle conclu, somme toute soulagée, même si elle n’a pu récupérer sa bague originale.