/24m/transports
Navigation

Transport fluvial: des navettes pas accessibles

Transport fluvial: des navettes pas accessibles
ZACHARIE GOUDREAULT/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les navettes fluviales qui feront la liaison entre le quartier Pointe-aux-Trembles et le Vieux-Port de Montréal ne seront pas accessibles à toutes les personnes en fauteuil roulant dès leur mise en place, ce qui suscite la grogne chez certains.

«Le système de transport collectif à Pointe-aux-Trembles n’est déjà pas adéquat au départ, encore moins pour les personnes à mobilité réduite. Les navettes, ce serait génial si elles pouvaient être accessibles, mais encore une fois, on n’est pas sûrs qu'elles le seront», a dénoncé Linda Gauthier, directrice générale du Regroupement des activistes pour l’inclusion Québec (RAPLIQ).

L'affaire dérange d'autant plus que le projet a remporté le prix Mérite Ovation municipale 2019 de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), dans la catégorie «Transport, mobilité et accessibilité», ce que Mme Gauthier décrit comme une «claque sur la gueule».

L’accessibilité universelle n’est pas un prérequis pour qu’un projet soit finaliste dans cette catégorie, même si le jury pourrait le prendre en considération, mentionne Patrick Lemieux, conseiller aux communications pour l’UMQ.

«À la base, ce n’est pas un des critères évalués qui fait qu’un projet se distingue, c’est vraiment l’aspect innovateur [qui est évalué]», a dit M. Lemieux.

À la pièce

Le prix a été décerné à l'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. C’est toutefois la Société des traversiers du Québec (STQ) qui est responsable de la mise en place du projet, dont l’exploitation a été confiée à la compagnie Croisières Navark. Après un bref essai de cinq jours l’an dernier, le lancement d’une saison estivale complète en projet pilote devrait avoir lieu au cours des prochains jours.

Le responsable des relations publiques pour la STQ, Alexandre Lavoie, admet que les navettes ne seront pas accessibles universellement dès le départ, mais encourage les personnes qui se déplacent en fauteuil roulant à contacter Croisières Navark si elles souhaitent utiliser ce service. Les demandes seront gérées «à la pièce» et des améliorations seront mises en place au fur et à mesure, soutient-il.

«La réponse n’est pas non. Appelez, informez-vous. Peut-être qu’au départ les fauteuils électriques ne pourront pas, mais que dans trois semaines ou un mois ils pourront», a dit M. Lavoie.

«Assurément, si le projet se pérennise, que ça devient permanent, les navires vont être accessibles aux personnes en fauteuil roulant», a-t-il indiqué.

L’appel d’offres émis par la STQ pour l’exploitation des navettes pendant un an, avec option de renouvellement pour deux ans, ne contient aucune mention à propos de l’accessibilité universelle.

Autre inconvénient

Ce n’est pas le premier inconvénient pour la clientèle à être rapporté avant même que le projet commence. Au début du mois, notre Bureau d’enquête a appris qu’il ne serait pas possible d’effectuer un transfert de l’autobus à la navette sans avoir à payer deux billets, faute d’accord entre la STQ et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

L’arrondissement dit avoir envoyé à toutes les réunions en lien avec le projet une représentante, qui a martelé l’importance de l’accessibilité. L’arrondissement n’était toutefois responsable que des installations terrestres, comme son quai, qui est accessible.