/news/currentevents
Navigation

Un passant poignardé à mort pour une simple chaîne en or

L’un des co-accusés a écopé de quatre ans de prison pour vol qualifié et complicité

Coup d'oeil sur cet article

Les proches d’un jeune homme tué après s’être fait voler une chaîne en or au centre-ville de Montréal ont toujours du mal à s’en remettre deux ans plus tard, ont-ils dit hier alors que l’un des coupables écopait de quatre ans d’incarcération.

*** ATTENTION, les images peuvent choquer***

« Son absence crée un énorme vide dans nos cœurs ; cette chaîne, qu’on lui a enlevée en même temps que sa vie, était un cadeau de ses parents qu’il portait tous les jours et qui avait une grande signification pour lui », a raconté Marie-Andrée Mendes Campeau, la sœur de la victime, hier au palais de justice de Montréal.

Accompagnée de plusieurs proches assis dans la salle d’audience, la femme a expliqué à la cour la douleur de sa famille à la suite de la mort de son petit frère François Mendes Campeau, le 23 mai 2017.

« François nous manque, il était sensible, doux et attachant, a expliqué Mme Mendes Campeau. Toutefois, il est toujours présent dans nos cœurs. »

Aimen Adnane et Luc Armand Motty avaient volé la chaîne en or d’un passant au centre-ville de Montréal en mai 2017, avant qu’Adnane le poignarde quand la victime a tenté de récupérer son bien. C’était un cadeau de ses parents.
Photo courtoisie
Aimen Adnane et Luc Armand Motty avaient volé la chaîne en or d’un passant au centre-ville de Montréal en mai 2017, avant qu’Adnane le poignarde quand la victime a tenté de récupérer son bien. C’était un cadeau de ses parents.

 

Le soir du drame, le jeune homme de 23 ans venait de terminer un double quart de travail dans un bar. Il a alors croisé Luc Armand Motty et Aimen Adnane, avec qui il a eu une conversation sans se douter que ce dernier allait le poignarder à mort peu après.

Chaîne volée

Dans des bandes vidéo déposées en preuve, on voit la victime discuter avec les deux hommes de 28 et 25 ans.

La discussion semble cordiale, avec même une poignée de main et M. Mendes Campeau offrant une cigarette à l’un d’eux.

À un moment, on peut voir Adnane arracher la chaîne en or ornée d’une croix et de cœurs que porte la victime autour de son cou. Une bagarre éclate et les voleurs fuient. Mais quand la victime les rattrape, Adnane la poignarde au thorax.

« Un chauffeur de taxi l’a vu frapper la victime, puis replier le couteau et le dissimuler dans sa poche, indique un résumé des faits. Tous les témoins mentionnent que [les voleurs] s’enfuient dès que le coup est porté et que la victime s’effondre. »

Coupables

Adnane et Motty ont été arrêtés peu après, alors qu’ils étaient dans un taxi. Ils ont toutefois coupé court au processus judiciaire, le premier en plaidant coupable d’homicide involontaire, le second en reconnaissant le vol qualifié et une complicité après le fait.

Hier, la procureure de la Couronne Marie-Claude Bourassa et l’avocate de la défense Elfriede Duclervil ont suggéré quatre ans d’incarcération pour Motty.

L’accusé a aussi témoigné, expliquant fièrement avoir terminé son secondaire 5 en détention et vouloir trouver un emploi.

« J’ai pu réfléchir en prison et j’assume mes torts, je veux réintégrer la société le plus vite possible », a-t-il dit, sans toutefois s’excuser et sans mentionner la victime.

Le juge Mario Longpré a finalement accepté la suggestion des avocates en rappelant qu’en raison de l’incarcération préventive, il reste à Motty 12 mois de prison à purger.

Adnane reviendra quant à lui à la cour la semaine prochaine, pour les plaidoiries sur la peine.

 

Sur le même sujet