/entertainment/music
Navigation

Le rêve de Béatrice

Cœur de pirate a ouvert les Francos vendredi à la salle Wilfrid-Pelletier

Coup d'oeil sur cet article

« Ce soir, je réalise un de mes rêves », a lancé une Cœur de pirate émue à la foule de la salle Wilfrid-Pelletier, vendredi soir, en ouverture des Francos. Béatrice Martin, qui fêtera ses 30 ans dans quelques mois, a livré un concert pleinement maîtrisé, ponctué par la présence de plusieurs invités de marque.

C’était une soirée visiblement spéciale pour Cœur de pirate. Non seulement avait-elle l’honneur d’ouvrir les Francos, mais elle le faisait dans la plus grande salle de la Place des Arts. Après avoir amorcé le concert avec Somnambule et Pour un infidèle, Béatrice Martin a confié à la foule être plutôt nerveuse.

« Quand j’étais petite, mes parents me forçaient à venir voir de l’opéra. Du haut de mes 10 ans, j’ai écouté Carmen, qui durait trois heures et demie. Je me disais que peut-être, un jour, j’allais me retrouver là, à Wilfrid-Pelletier. Ce soir, je suis particulièrement fière d’être ici », a-t-elle raconté, le trémolo dans la voix.

Vêtue d’un superbe ensemble blanc transparent scintillant, Béatrice était accompagnée de ses quatre musiciens de tournée habituels, mais aussi des quatre musiciennes du Quatuor esca pour certaines pièces. Tous étaient vêtus de blanc.

Côté scénographie, on retrouvait le même immense escalier que la chanteuse avait trimballé lors de son concert au MTelus en septembre dernier. Le spectacle de vendredi reprenait donc plusieurs éléments de sa tournée pour l’album En cas de tempête, ce jardin sera fermé. Mais Béatrice l’a bonifié par la présence de plusieurs artistes invités.

Milk & Bone

Les premières à se présenter sur la scène ont été Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin, de Milk & Bone. Après un trio sur la pièce Malade, Laurence et Camille se sont vues offrir le plateau à elles seules pour interpréter l’une de leurs pièces.

Elles ont livré Peaches, de leur plus récent mini-album, DIVE. Petit bémol alors que la pièce était la seule anglophone de tout le programme de ce spectacle des Francos.

Le Quatuor esca a de son côté démontré à quel point les cordes ajoutaient de l’émotion aux morceaux. On l’a constaté sur la très belle Crier tout bas, puis immédiatement après, sur la magnifique Place de la République, qui nous a donné des frissons.

La valse des invités s’est poursuivie avec Safia Nolin, qui a accompagné de superbe façon Béatrice sur Adieu. Les deux chanteuses devront répéter l’expérience, tellement leurs voix s’harmonisent à merveille.

Versions folk

Revenue seule sur scène avec ses quatre musiciens, Béatrice a offert un segment en version folk de quatre de ses chansons. « Moi, je vois la musique comme l’amour, j’aime de tout », a-t-elle expliqué, avec un petit sourire.

Au moment d’écrire ces lignes, le concert battait son plein et les succès Ensemble, Oublie-moi et Comme des enfants se faisaient encore attendre.

La soirée, de type « Béatrice and friends », devait se continuer plus tard avec les passages attendus de Loud et Alexandra Stréliski. De quoi rendre le rêve de Béatrice plus mémorable que jamais.