/sports/golf
Navigation

Pebble Beach: à couper le souffle

Longeant la falaise en bordure de l’océan, le 8e trou à Pebble Beach est à couper le souffle.
Photo AFP Longeant la falaise en bordure de l’océan, le 8e trou à Pebble Beach est à couper le souffle.

Coup d'oeil sur cet article

PEBBLE BEACH, Californie | Il ne fait aucun doute dans l’esprit de la majorité des golfeurs, l’enchaînement des 7e, 8e et 9e trous à Pebble Beach est le plus spectaculaire sur la planète.

Et l’Amen Corner des 11e et 12e à l’Augusta National ? Le 18e à St Andrews ? Le 17e au TPC Sawgrass ? Les « Church Pews » des 3e et 4e à Oakmont ? Les décisions sont déchirantes selon l’origine des golfeurs, mais ils penchent la plupart du temps en faveur du terrain de golf californien longeant le Pacifique, sur lequel ils ne se lassent jamais de jouer. Le débat est lancé.

Une vue du 7e trou.
Photo AFP
Une vue du 7e trou.

« Il n’y a pas de plus bel endroit que les 7e et 8e trous ici à Pebble, a signalé le Canadien Mike Weir, champion du Tournoi des Maîtres en 2003. C’est très beau à la télévision et c’est spectaculaire sur place. J’attends cet instant chaque fois que j’y passe.

Comme Weir, Louis Oosthuizen apprécie chacun de ses passages sur le tertre surélevé de 40 pieds donnant un spectaculaire point de vue sur le minuscule vert, les fosses de sable blanc, les rochers et la baie de Carmel. Quand le vent souffle l’air marin du large, que les vagues se fracassent sur les rochers derrière l’objectif, l’endroit est à couper le souffle.

Le 12e trou de l’Augusta National, le cœur du Amen Corner, a coûté des vestons verts à de nombreux golfeurs dans l’histoire, dont Francesco Molinari en avril.
Photo AFP
Le 12e trou de l’Augusta National, le cœur du Amen Corner, a coûté des vestons verts à de nombreux golfeurs dans l’histoire, dont Francesco Molinari en avril.

« En ronde d’entraînement, je ressemblais à un véritable touriste en prenant des photos avec mon téléphone. C’est ce que cet endroit provoque chez tout amateur. En ajoutant les 9e, 10e, 17e et 18e trous, il n’y a pas un autre parcours aussi spécial sur la planète. »

Cachet unique

Une fois, le grand Jack Nicklaus a même affirmé que le second coup dans l’allée du 8e, l’intimidante normale 4 de 428 verges, est l’un des plus extraordinaires dans le monde du golf en raison de la vue, des craintes et des attentes. S’en tirer avec une normale sur les « Cliffs of Doom » n’est jamais une mauvaise chose.

Situé sur une presqu’île, le vert du 17e au TPC Sawgrass effraie les golfeurs chaque année au Championnat des joueurs du circuit de la PGA.
Photo AFP
Situé sur une presqu’île, le vert du 17e au TPC Sawgrass effraie les golfeurs chaque année au Championnat des joueurs du circuit de la PGA.

Bien que Pebble Beach présente ce cachet unique, les Européens Justin Rose et Shane Lowry prétendent que le « Road Hole » et le « Tom Morris », les 17e et 18e trous du Old Course de St Andrews en Écosse, sont très spéciaux à leurs yeux.

« Pebble et St Andrews sont dans la même ligue. J’ai un faible pour le 18e à St Andrews, en raison de l’histoire et de la marche finale dans la ville », a témoigné Lowry à propos du berceau du golf.

Chargé d’histoire en plus d’offrir une magnifique vue sur le château du R&A, le 18e du Old Course à St Andrews offre une expérience unique.
Photo AFP
Chargé d’histoire en plus d’offrir une magnifique vue sur le château du R&A, le 18e du Old Course à St Andrews offre une expérience unique.

« St Andrews et Pebble Beach sont les deux endroits iconiques du monde du golf. Y gagner, on n’y trouverait rien de mieux », a conclu Rose, en pleine course pour le trophée de l’Omnium des États-Unis.