/entertainment/music
Navigation

Un parc en l’honneur de Jean-Pierre Ferland

Un parc en l’honneur de Jean-Pierre Ferland
Photo Agence QMI, ÉTIENNE PARÉ

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L'arrondissement du Plateau Mont-Royal a inauguré samedi un parc en hommage à l'œuvre de Jean-Pierre Ferland, un honneur qui a beaucoup touché le célèbre auteur-compositeur-interprète.

«Ma famille m'a parlé de ce projet pour la première en juillet dernier, lors du tournage de l'émission Viens faire un tour? avec Michel Barrette. J'ai tout de suite trouvé que c’était une excellente idée», a raconté le monument de la chanson québécoise.

À l’époque, le Plateau-Mont-Royal cherchait activement un nom pour le nouveau parc à l’angle de l’avenue du Mont-Royal et de la rue de Mentana, à l’endroit même où le père de Jean-Pierre Ferland a opéré une station-service pendant trois décennies.

Forte symbolique

La nièce du chanteur, Ginette Ferland, avait alors proposé de nommer le terrain Place des Fleurs-de-Macadam, un clin d’œil à la chanson du même nom.

«On a poussé à l’ombre des cheminées... Moitié cheminée, moitié merisier. Comme une fleur de macadam», chantait Jean-Pierre Ferland dans cette pièce sortie en 1962.

Pour l’artiste, c’était une manière bien poétique de décrire la laideur du Plateau ouvrier dans lequel il a grandi, mais en même temps de rappeler que la beauté pouvait aussi y émerger.

«On a reçu plusieurs noms, mais l’idée de rendre hommage à Jean-Pierre Ferland a bien sûr rapidement fait l’unanimité à cause de l’histoire familiale de ce terrain, mais aussi parce que cette chanson symbolise le triomphe du vert sur le béton, ce qui est exactement notre vision avec ce projet», a expliqué le maire intérimaire du Plateau-Mont-Royal, Alex Norris, lors de l’inauguration de l’espace vert, à laquelle participait également son prédécesseur, Luc Ferrandez.

L’arrondissement mène présentement une consultation sur la façon d’aménager de manière permanente la Place des Fleurs-de-Macadam.

Encore des projets

Chose certaine, le nom du parc est là pour rester. Avec ce nouvel espace vert, l’œuvre de Jean-Pierre Ferland demeurera dans la mémoire collective encore longtemps.

«Je ne pense pas à ça. Je ne suis pas préoccupé par ce que vont penser de moi les générations futures. J’ai toujours vécu dans le moment présent et je n’ai pas vu le temps passé», a confié l’artiste qui, à quelques semaines de fêter son 85e anniversaire, a encore plein de projets en tête.

Il rêve entre autres d’interpréter «Les fleurs de macadam» sur la place qui porte désormais le nom de sa chanson.

«Ce qui me fait le plus plaisir dans l’hommage d’aujourd’hui, c’est qu’il doit combler de fierté mes parents au ciel. Mon père était un homme très sévère qui pouvait bouder pendant plusieurs jours quand il se chicanait avec ma mère. Elle pleurait pendant plusieurs jours, mais elle restait quand même: parce qu’elle l’aimait. C’est elle qui m’a fait comprendre ce que c’est l’amour. Moi, j’ai hérité du mauvais caractère de mon père», a plaisanté le chanteur, toujours aussi pince-sans-rire.