/weekend
Navigation

«1793»: un très bon thriller historique

Niklas Natt och Dag
Photo courtoisie, Gabriel Liljevall Niklas Natt och Dag

Coup d'oeil sur cet article

Issu de l’une des plus vieilles familles de la noblesse suédoise, Niklas Natt och Dag signe un premier roman absolument captivant.

Adorant les romans historiques, Niklas Natt och Dag a toujours lui aussi voulu écrire des livres. Mais le rêve était si fort qu’il a longtemps été terrifié à l’idée d’en faire quelque chose... de peur de découvrir que c’était hors de sa portée. « J’ai donc suivi la voie la plus facile en devenant journaliste, explique-t-il par courriel. Après avoir enchaîné les semaines de 80 heures pendant six ans, je me suis tourné vers la pige et j’ai loué un bureau avec Fredrik Backman, qui était alors dans la même situation que moi. Mais vers 2010-2011, il a commencé à rédiger un roman. » Détail digne de mention ? Ce roman, intitulé Vieux, râleur et suicidaire : la vie selon Ove, a rapidement remporté un immense succès international.

« Nous avons continué à louer un bureau ensemble et, de ce fait, Fredrik Backman a été le premier à lire ce qui allait devenir 1793, poursuit Niklas Natt och Dag. Pendant que la première mouture de 1793 était refusée un peu partout, Fredrik avait simultanément trois romans sur la liste des best-sellers du New York Times, et il a offert de me donner l’argent pour autopublier 1793. J’ai rejeté sa proposition parce que j’étais convaincu que cela ne ferait que nuire à notre amitié et me laisser avec un sous-sol plein de livres invendus... »

Quant à la suite de l’histoire, elle démontre bien qu’avec travail et acharnement, on peut arriver à tout : juste en Suède, 1793 s’est déjà écoulé à plus de 200 000 exemplaires !

Un glauque univers

Autant le préciser d’emblée, il faut avoir le cœur assez solidement accroché pour entamer la lecture de ce surprenant thriller historique, qui nous entraîne dans les bas quartiers de Stockholm au 18e siècle.

On y fera très vite la connaissance de Mickel Cardell qui, après avoir perdu un bras pendant la guerre russo-suédoise, est maintenant agent de la garde séparée. Ce faisant, il n’aura d’autres choix que d’aller chercher lui-même dans les eaux pleines d’excréments du Fatbaren le corps qui lui a été signalé. Ou plutôt, ce qu’il reste de ce corps. Car à première vue, l’homme qu’il a repêché n’a plus de jambes, plus de bras, plus de langue et plus d’yeux. Pas parce qu’ils ont été dévorés par un quelconque animal, mais parce qu’ils ont tout bonnement été sciés ou arrachés par un être manifestement malintentionné.

<b><i>1793</i></b><br />
Niklas Natt och Dag<br />
Aux Éditions Sonatine 450 pages.
Photo courtoisie
1793
Niklas Natt och Dag
Aux Éditions Sonatine 450 pages.

L’assassinat du roi Gustav III de Suède ayant eu lieu quelques mois plus tôt seulement, conspirations, intrigues et corruption empêchent cependant la police de travailler efficacement. Se doutant qu’il sera bientôt remplacé, le chef de police Johan Gustaf Norlin confiera ainsi la résolution de cette étrange affaire à Cecil Winge, un homme de loi qui se meurt de tuberculose. Au palais de l’Indebetou (l’équivalent de nos commissariats), il y a même des paris sur la date de sa mort !

Mais pouvant compter sur l’aide de Mickel Cardell pour éclaircir cette affaire, le phtisique Cecil Winge mouchera surtout bien des gens qui, jusqu’à ce qu’il hérite de l’enquête, se pensaient intouchables.

Un, deux, trois...

« Je ne voulais pas choisir une période de l’histoire suédoise – l’assassinat du roi Gustav III en 1792 – sur laquelle on avait déjà beaucoup écrit, précise Niklas Natt och Dag. J’ai préféré une période beaucoup moins connue : les années qui ont suivi cet événement, lorsqu’un gouvernement de régence a causé de sérieux ravages dans le royaume. L’année 1793 s’est imposée d’elle-même quand j’ai découvert que Johan Gustaf Nolin, nommé chef de la police en janvier, avait été renvoyé en décembre parce que, selon les témoignages de ses contemporains, c’était “un homme trop décent” ! Mon roman se pencherait ainsi sur sa carrière et fournirait une explication alternative, fictive, sur ce qui a provoqué sa chute. »

Comme on l’aura peut-être déjà compris, 1793 est la première partie d’une trilogie. « Les deux parties suivantes seront, de façon prévisible, intitulées 1794 et 1795, ajoute Niklas Natt och Dag. Elles raconteront l’histoire des personnages assez malheureux pour avoir survécu au premier tome ! »