/news/society
Navigation

«Jean Pagé a réuni les troupes» - Bertrand Godin

«Jean Pagé a réuni les troupes» - Bertrand Godin
Photo AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Pour la première fois depuis qu’il parraine la Marche du courage contre le cancer de la prostate, Jean Pagé n’était pas présent pour le départ donné sur le mont Royal, dimanche. Il était toutefois au cœur des discussions, au moment où il vit ses derniers moments auprès de sa famille.

Ayant révélé au cours des derniers jours qu’il vivait une récidive du cancer qu’on lui a diagnostiqué il y a 23 ans, M. Pagé a décidé de demeurer à Morin-Heights, dans les Laurentides. Pendant ce temps, l’organisme Procure a choisi de renommer sa Marche en l’honneur de l’ancien animateur et journaliste sportif.

De l’avis du pilote Bertrand Godin, porte-parole de l’événement et bon ami de M. Pagé, cet honneur est pleinement mérité.

«Jean ne vaincra peut-être pas le cancer, mais il aura fait une chose: il a réuni les troupes qui vont permettre un jour de vaincre le cancer, a-t-il fait valoir. Le cancer ne s’en doutait pas quand il s’est attaqué à lui», a-t-il imagé.

«Quand Jean a eu son diagnostic du cancer de la prostate, les hommes ne parlaient pas de maladie. Mais Jean a eu le courage d’en parler, si bien qu’il a incité plein d’hommes à se faire vérifier, a fait valoir Godin. La prévention, c’est probablement l’arme la plus efficace contre le cancer de la prostate. Plus on le détecte rapidement, plus il y a des chances de guérison. Et Jean a contribué énormément à ça.»

Dans la famille

Comme des milliers d’autres Québécois passionnés de sport, Godin a grandi en regardant M. Pagé à la télévision. Une entrevue du journaliste avec Gilles Villeneuve, qu’il considère comme sa principale source d’inspiration, a d’ailleurs été marquante pour le pilote.

«Jean Pagé a réuni les troupes» - Bertrand Godin
Photo AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Le moment était donc grand, en 1989, lorsque Godin a lui-même vécu sa première entrevue télévisée aux côtés de... Jean Pagé. C’était le début d’une relation qui allait se développer en grande amitié. Et même l’émission «110 %» n’a pas réussi à briser le lien qui les unit.

«On s’appelait, on échangeait. Des fois, je me suis fâché contre lui et il s’est fâché contre moi. Mais c’est comme ça l’amitié, c’est plus fort que tout», s’est remémoré Godin.

Leur amitié s’est ensuite solidifiée un peu plus lorsqu’ils ont collaboré pendant cinq ans à la diffusion des courses de la série IndyCar sur les ondes de la chaîne TVA Sports, de 2013 à 2017.

«Les années d’IndyCar à TVA Sports, pour moi, c’est mes plus belles années de télé, a révélé Godin avec le sourire. De faire ça avec Jean, ce n’était pas un travail. On était payés, mais on arrivait en studio et on avait du plaisir.»

«Je suis tellement heureux d’avoir rencontré un homme comme lui dans ma vie», a conclu celui qui a réussi deux podiums en autant de courses en Formule 1600 lors du Grand Prix du Canada.

L’homme au veston bleu poudre

Godin n’était pas le seul ancien collègue de M. Pagé à prendre part à l’événement. Patrick Leduc, qui occupe le rôle de directeur administratif des opérations soccer avec l’Impact de Montréal, a également fait connaissance avec l’homme qui a donné son nom à la Marche.

Patrick Leduc
Photo AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD
Patrick Leduc

«J’ai commencé ma carrière dans les médias à Radio-Canada, a rappelé l’ancien joueur de l’Impact. Donc, on s’est côtoyé dans quelques événements ou quelques émissions. C’était une figure importante dans le monde du sport. C’était le monsieur au veston bleu poudre à "La Soirée du hockey"!».

«J’étais un peu surpris [d’apprendre sa récidive]. J’avais constaté qu’on le voyait moins, mais c’est une histoire très touchante. Il ne veut pas s’apitoyer sur son sort, mais en même temps, on éprouve de la compassion pour lui. J’admire son courage.»