/world/america
Navigation

Nicaragua: affrontement entre policiers et jeunes manifestants

Nicaragua: affrontement entre policiers et jeunes manifestants
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MANAGUA | Une vingtaine de manifestants opposés au président nicaraguayen Daniel Ortega et des policiers se sont affrontés dimanche à l’issue d’une messe en la cathédrale de Managua pour célébrer la libération de plusieurs centaines d’opposants, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les policiers ont tiré des grenades offensives et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants groupés à l’extérieur de la cathédrale, la plupart masqués pour ne pas être identifiés.

Au cri de «Assassins !», les manifestants, des jeunes dans leur grande majorité, ont riposté par des jets de pierres et des tirs de fusées artisanales.

L’affrontement, qui a duré environ une demi-heure, n’a pas fait de blessé, selon les premières constatations.

Nicaragua: affrontement entre policiers et jeunes manifestants
Photo AFP

Auparavant, une messe avait été célébrée en la cathédrale devant une assemblée de fidèles arborant des casquettes, des foulards et des chemises aux couleurs bleu et blanc du drapeau national, devenues le signe de ralliement de l’opposition au gouvernement.

«Ortega, écoute, nous sommes toujours en lutte !», «Liberté, justice !», «Peuple, unis-toi !», ont crié les jeunes manifestants en sortant sur le parvis de la cathédrale.

Au moins 492 opposants ont été libérés depuis février dernier en vertu d’une loi d’amnistie votée le 8 juin par le Parlement dominé par les partisans de Daniel Ortega.

Cette amnistie est décriée par l’opposition et les instances internationales de défense des droits de l’homme car elle garantit aussi l’impunité aux policiers et paramilitaires qui ont réprimé dans le sang les manifestations d’opposition qui ont débuté le 18 avril 2018.

Les opposants libérés ont en outre interdiction de manifester à nouveau leur opposition sous peine d’être de nouveau incarcérés.

Nicaragua: affrontement entre policiers et jeunes manifestants
Photo AFP

Selon l’opposition, plus de 80 prisonniers politiques doivent encore être libérés.

«Je suis sorti de prison encore plus fort Ils ne me font pas peur. Nous avons besoin d’un changement au Nicaragua», a déclaré à la presse l’un des jeunes, Cristofer Castrillo.

Le dirigeant paysan Medardo Mairena, 40 ans, condamné à 216 années de détention et amnistié après presqu’un an en prison, où il assure avoir été «durement torturé», a déclaré être décidé «à continuer la lutte dans la rue».

«Nous allons continuer à nous battre», a lui aussi affirmé le dirigeant d’opposition Edwin Carchache à la sortie de la messe. Récemment libéré, il devait se rendre dimanche après-midi à Washington pour être entendu par la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH).

Nicaragua: affrontement entre policiers et jeunes manifestants
Photo AFP

Depuis le début des troubles au printemps 2018, les violences politiques ont fait au moins 325 morts et plus de 2 000 blessés, dans leur écrasante majorité dans les rangs des opposants, selon les organisations de défense des droits de l’homme. Environ 62 000 Nicaraguayens ont pris le chemin de l’exil tandis que l’économie entrait en récession.

L’opposition accuse Daniel Ortega d’avoir institué avec sa femme et vice-présidente Rosario Murillo une dictature corrompue et népotiste.

De son côté, le couple présidentiel assure avoir déjoué un coup d’État fomenté par Washington avec la complicité de l’Église catholique.