/news/society
Navigation

En rémission à 10 ans, il s’implique pour la cause

Le jeune Maxime encouragera les cyclistes du Tour CIBC Charles-Bruneau

À l’hôpital, Maxime Guénette s’est découvert une passion pour la magie. Depuis, il a appris une cinquantaine de tours, souvent en autodidacte, ce qui lui a permis de traverser l’épreuve de la leucémie.
Photo Annie T. Roussel À l’hôpital, Maxime Guénette s’est découvert une passion pour la magie. Depuis, il a appris une cinquantaine de tours, souvent en autodidacte, ce qui lui a permis de traverser l’épreuve de la leucémie.

Coup d'oeil sur cet article

Maxime, 10 ans, n’a pas encore terminé ses traitements contre la leucémie qu’il s’implique déjà pour la cause des enfants malades. Aujourd’hui en rémission, le jeune garçon estime qu’il est la preuve que le financement de la recherche sauve des vies.

En novembre 2017, au lendemain de son neuvième anniversaire, la maman de Maxime Guénette remarque un étrange ganglion au cou de son fils. «Aussitôt, j’ai su que ce n’était pas normal», se souvient Annick Fontaine. Juste avant Noël, le garçon apprend qu’il est atteint d’une leucémie aiguë lymphoblastique.

Après une chimiothérapie agressive et une diète exigeante, le battant, que Le Journal avait rencontré en décembre dernier, est enfin près de gagner son combat contre le cancer.

Les traitements ont diminué en intensité et si tout va bien, il pourra tourner la page avant la prochaine année, révèle sa mère. Il ne devrait pas garder de séquelles importantes, «mais on n’est pas à l’abri d’une rechute», souligne-t-elle.

«Héros»

Le jeune homme, originaire de Québec, a été nommé «héros» de la 24e édition du Tour CIBC au profit de la Fondation Charles-Bruneau.

Quand on lui demande pourquoi il a accepté de s’impliquer dans cette cause, Maxime parle spontanément du fils de Pierre Bruneau, lequel était atteint d’une leucémie semblable à la sienne. Charles, fils du chef d’antenne de TVA, est décédé à l’âge de 12 ans, en 1988, après une récidive de son cancer.

«Si on prend l’exemple de Charles Bruneau, le fils de Pierre Bruneau, dans le temps, il n’existait pas suffisamment de médicaments pour guérir le cancer. Aujourd’hui, on en a beaucoup plus. C’est parce qu’on a donné de l’argent à la recherche», insiste l’enfant.

En effet, le taux de guérison des cancers pédiatriques est aujourd’hui supérieur à 80 %, alors qu’il était de 30 % en 1980.

Soutien

Du haut de ses 10 ans, le garçon exprime son soutien à la mission de l’organisme, soit de procurer à tous les enfants atteints de cancer les meilleures chances de guérison. «Ils nous trouvent de nouveaux médicaments pour nous aider à guérir le cancer plus facilement», renchérit Maxime.

Les 4 et 5 juillet, au moins six cyclistes, dont le journaliste Pierre Jobin et le comédien Hugo Giroux pédaleront 300 kilomètres, de la capitale vers Boucherville, pour l’encourager dans son chemin vers la guérison et pour amasser des fonds pour la recherche. Les athlètes porteront notamment un macaron à son effigie.

Annick Fontaine souligne que la Fondation Charles-Bruneau a aidé le CHU de Québec à se doter d’une toute nouvelle unité d’hémato-oncologie pédiatrique, comportant davantage de chambres individuelles, en 2018. «Ç’a apporté un gros soutien aux familles», dit-elle.


► Le Tour CIBC Charles-Bruneau se déroulera du 2 au 5 juillet 2019. Près de 850 cyclistes parcourront entre 50 et 600 kilomètres sur 10 différents parcours à travers la province.