/sports/golf
Navigation

Omnium des États-Unis: l’appui d’Amy

Gary Woodland
Photo AFP Gary Woodland

Coup d'oeil sur cet article

Il était tard vendredi soir. Gary Woodland a reçu l’appel vidéo d’une grande partisane, Amy Bockerstette. Le touchant moment dans la salle de conférence valait son pesant d’or.

Le golfeur s’est appuyé sur son scintillant trophée pour discuter avec la jeune fille de 20 ans atteinte du syndrome de Down, communément appelé trisomie 21.

Reculons l’histoire à la fin de janvier. Woodland accompagne Amy au bruyant 16e trou du TPC Scottsdale en ronde d’entraînement de l’Omnium de Phoenix. Les gradins du Stadium Course sont bondés.

Golfeuse chez les handicapés spéciaux, Amy s’exécute sur l’intimidante normale 3. Son coup termine dans la fosse en bordure du vert. « Pas de problème, je contrôle », lui lance-t-elle avec assurance. Elle en sort sans dommage et draine son roulé pour la normale. Woodland est abasourdi. Les spectateurs applaudissent. C’est son moment de gloire.

La jeune fille épate, conquit les cœurs et fait fondre le champion en titre.

« J’ai de bons souvenirs dans la vie. Celui-là, je ne l’oublierai jamais, témoignait l’athlète quelques heures plus tard. Je vis des moments très plaisants sur les parcours. C’est le plus incroyable auquel j’ai participé. Elle a été phénoménale. »

Amy et Woodland s’attachent. C’est le début d’une grande amitié.

Message significatif

Samedi soir, alors que le golfeur menait au US Open, elle a gazouillé : « Tu es en contrôle Gary ».

En ronde finale, le meneur a répété dans sa tête la fameuse phrase des milliers de fois lors de sa marche à Pebble Beach. En Arizona, Amy était collée à la télévision en regardant son héros.

La conversation vidéo deux heures après sa victoire a arraché quelques larmes.

« Elle signifie tout pour moi. Le monde a besoin de personnes comme elle. Son attitude phénoménale, son amour de la vie, sa passion du golf et son énergie positive sont contagieux. Elle est très spéciale. C’est mon amie.

« Je veux enseigner cela à mes enfants, a-t-il enchaîné. La vie n’est pas toujours facile. Il y a des moments difficiles. Mais il faut savoir contrôler son attitude. »

Il y a deux ans, Woodland et sa femme Gabby ont traversé des moments sombres. En attente de jumeaux, ils ont perdu l’un d’eux. Jaxson est né trois mois plus tard.

La vie a souri puisqu’ils attendent des jumelles au début d’août.