/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un moment historique pour le peuple québécois

C'est un moment historique

POL-PORTRAIT-SIMON JOLIN-BARETTE
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

Depuis plus d'une dizaine d'années, le peuple québécois cherche à s'extraire des paramètres du multiculturalisme canadien pour renouer avec ce que Fernand Dumont appelait le modèle de la culture de convergence, qui fait de la majorité historique francophone le cœur de la nation. La Charte de la laïcité mise de l'avant par le gouvernement Legault lui permet de concrétiser cette aspiration, de la traduire politiquement. Il vaut la peine de le rappeler: elle reçoit l’appui massif de la population. C’est un geste d’affirmation nationale, et plus exactement, c’est un geste d’affirmation tranquille, conforme aux schèmes psychologiques les plus profonds de la culture politique québécoise. La CAQ a pris le relais du PQ comme principal porteur du nationalisme québécois dans un contexte post-souverainiste, où la question de l’indépendance n’est plus au cœur du jeu politique. Pourtant, en assumant sa rupture avec le cœur idéologique du régime de 1982, la CAQ enclenche une dynamique qui à terme, pourrait redynamiser la question nationale. D’ailleurs, il faut le dire, le PQ, globalement, a été à la hauteur de la situation. Et s’il faut féliciter Simon Jolin-Barette qui a mené admirablement cette opération, il faut avoir une pensée pour Bernard Drainville qui a donné le premier élan politique qui trouve aujourd’hui son aboutissement. Il s'agit d'un moment historique. Le peuple québécois vient de réaffirmer son droit à définir son propre modèle d’intégration, ancré dans son identité collective, posée ici comme identité fondatrice et normative.  

Il s'agit aussi d'un moment révélateur. Le PLQ, qui il y a quelques jours, faisait semblant de vouloir en revenir au nationalisme, a confirmé son hostilité viscérale au nationalisme québécois même dans son expression la plus modérée. Ses principaux députés ont multiplié les discours dramatiques, comme si le Québec, d’un coup, se rangeait dans le camp des États voyous. Pour le PLQ, le multiculturalisme canadien est l’horizon indépassable de notre temps et la constitution de 1982, le principe de toute légitimité politique, même si notre signature ne s’y trouve pas. L’indignation des libéraux devant l’usage du bâillon relevait de la mauvaise comédie quand on sait qu'ils multipliaient les pitreries parlementaires pour empêcher l'adoption du projet de loi. De même, il y avait quelque chose de tristement comique à les entendre s’inquiéter de la mauvaise réputation faite au Québec à «l’international» quand le fondement même de leur engagement politique consiste à empêcher le Québec d’exister sur la scène internationale. Le PLQ est un parti qui a renoncé à toute forme de loyauté envers le Québec même s’il cherche à dissimuler rhétoriquement ce reniement. Quant à la gauche radicale, elle nous rappelle qu’elle est d’abord et avant tout antinationale et convertie aux exigences d’un multiculturalisme extrême. Son indépendantisme revendiqué est radicalement coupé des aspirations nationales québécoises et ne sert que de vecteur à une pensée à prétention révolutionnaire dans laquelle aiment se vautrer ceux qui ne parviennent pas à sortir de leur crise d’adolescence politique.  

Le Québec, quoi qu’en disent les adversaires de la loi 21, n’a pas brimé les droits et libertés. Ceux qui l’accusent de dérive autoritaire vivent dans un monde parallèle, absolument étranger à la réalité. Le Québec a tout simplement rappelé que le Canada de 1982 n’a pas le monopole dans la définition des droits et des mécanismes assurant leur protection. Ce qui fait la supériorité de la Charte québécoise sur la Charte canadienne tient dans le fait qu’elle est aisément modifiable et qu’elle ne surplombe pas l’Assemblée nationale à la manière d’un texte constitutionnel intouchable. En d’autres mots, le politique, au Québec, est moins corseté qu’il ne l’est au Canada, où la Charte des droits se présente comme un texte sacré interprété par des juges indifférents et même hostiles au principe même de la souveraineté populaire. Le peuple québécois est moins dépossédé démocratiquement que ne l’est le peuple canadien. Il peut encore faire des choix collectifs importants, portant sur l’aménagement global des rapports sociaux. Au Québec, la démocratie conserve une certaine substance politique. C’est absolument essentiel et ce n’est aucunement contradictoire avec les droits et libertés. Cela entre toutefois en contradiction avec le gouvernement des juges. On ne peut que s’en réjouir.  

Évidemment, l’histoire n’est pas terminée. Le parti multiculturaliste poussera dans les prochains mois à la désobéissance civile. Il fera tout pour torpiller la loi, pour la rendre inapplicable. Il cherchera par tous les moyens possibles à humilier le gouvernement du Québec, ou encore, à le ridiculiser. Il faudra tenir bon et ne pas céder à l’intimidation. Cette loi a tout pour devenir une grande loi dans notre histoire, pour peu qu’elle déploie son principe et ne se laisse pas neutraliser par ses adversaires. Dans cinq ans, il faudra évidemment reconduire la clause nonobstant. Il se pourrait alors que nous entrions dans une crise de régime. Surtout, il faudra poursuivre sur cette lancée. La promulgation d’une Charte de la laïcité était une première étape fondamentale dans la réaffirmation identitaire québécoise. Elle ne saurait être la dernière. Dès demain, il faudra reprendre le combat pour la baisse des seuils d’immigration et pour la refrancisation de Montréal. Il faudra aussi plaider pour une loi sur la convergence culturelle assurant la pleine intégration des nouveaux arrivants à la majorité historique francophone. Mais ce soir, une chose est certaine: le peuple québécois vient de faire un geste d’autonomie essentiel qui lui permet d’être un peu plus maître chez lui. D’autres parleraient tout simplement d’un geste de souveraineté. On ne peut que lui en souhaiter plusieurs autres.