/sports/baseball
Navigation

Capitales : le retour de Blanco gâche les plans

Capitales : le retour de Blanco gâche les plans
Photo d'archives, Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC - Le lanceur par excellence de la saison 2017 dans la Ligue Can-Am et ancien partant des Capitales, Lazaro Blanco, a eu le dessus sur son ex-coéquipier Arik Sikula, mardi soir. L’équipe nationale cubaine a signé un premier gain au Stade Canac cette saison par la marque de 3 à 2.

Les jours se suivent et se ressemblent pour la troupe de Patrick Scalabrini, alors qu’elle ajoute une quatrième défaite consécutive à sa fiche. Il faut dire que les deux circuits accordés par Sikula dans les deux premières manches n’ont pas aidé la cause des locaux. Ajoutons à cela le manque d’opportunisme de la formation québécoise alors qu’elle a eu quelques occasions de marquer et on obtient un pourcentage de victoire de ,286 pour les bleu-blanc-jaune.

«C’est une excellente équipe de balle, ils ont de très bons bras. C’est clair qu’ils ne nous feront pas de cadeau, alors il faudra jouer du très bon baseball cette semaine. Et puis, on a quand même affronté leur meilleur lanceur, alors c’est encourageant», a expliqué Scalabrini à la fin de la rencontre.

Dans la défaite, l’arrêt-court Yordan Manduley a connu une bonne soirée face à ses compatriotes cubains. Il a claqué trois simples en quatre occasions, tout en marquant un point.

Retour au bercail

Si le lanceur étoile des Capitales en 2017, Lazaro Blanco, est entré sur le terrain sous un tollé d’applaudissement, les ardeurs des partisans se sont peu à peu calmées en voyant le partant de la formation cubaine prendre le dessus sur leurs favoris. En cinq manches de travail, le droitier de six pieds a retiré six frappeurs au bâton et il les a limités à deux coups sûrs, signant une victoire à son premier départ.

«Je suis très heureux d’être revenu à Québec et de voir mes anciens coéquipiers. Il faut dire que c’est difficile de battre l’organisation avec laquelle j’avais battu l’équipe nationale cubaine, il y a deux ans. Mais la victoire, c’est la victoire. C’est toujours plaisant», a indiqué celui qui a été nommé joueur du match.

Selon ses dires, s’il n’était pas allé jouer au Panama avant de rejoindre la formation de l’île socialiste, Blanco aurait probablement rejoint les rangs des Capitales.

L’équipe nationale cubaine foulera de nouveau le terrain synthétique du Stade Canac mercredi soir, à 19h, pour le deuxième match d’une série de trois.