/finance/business
Navigation

Des chauffeurs qui sont suivis à la trace

Le Groupe Optel assure qu’il peut prévenir les déversements illégaux de sols contaminés

Ken Fallu
Photo Diane Tremblay Ken Fallu, chef de stratégie, mines et environnement du Groupe Optel.

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Optel, spécialisé dans la traçabilité, a bien l’intention de répondre à l’appel d’offres qui sera lancé par le gouvernement Legault pour suivre les déplacements de sols contaminés.

Dans le cadre des consultations publiques sur le projet de règlement concernant la traçabilité des sols contaminés excavés, le Groupe Optel a déposé un document dans lequel il propose sa solution.

L’entreprise de Québec, qui appuie le projet de règlement, estime que l’utilisation d’un GPS implique « des risques quant au succès du projet, à son adoption par l’industrie, à sa mise en œuvre et à sa pérennité ».

Elle recommande donc une solution appelée la traçabilité d’origine et de destination, par rapport à une approche continue en temps réel. Ainsi, à partir du site émetteur et à l’arrivée au site récepteur, chaque bordereau de suivi sera authentifié et constitué des informations indispensables, tant sur le terrain d’origine que sur le nom du projet, le numéro d’immatriculation du véhicule ou encore le lieu de réception.

Le Groupe Optel est d’avis qu’un tracé GPS nécessite l’utilisation de téléphones mobiles ou d’appareils GPS, ce qui entraînerait inévitablement des coûts en matériel et en formation pour plus de 5000 chauffeurs.

Une solution « viable »

Selon Ken Fallu, chef de la stratégie, des mines et de l’environnement du Groupe Optel, cette solution est « viable et facile d’utilisation ».

« Lorsque le règlement sera mis en place, on va probablement voir une résurgence de projets qui ne sont pas normalement tracés. Aujourd’hui, on parle d’un guide de bonnes pratiques de traçabilité. Donc, ce n’est pas obligatoire. On parle de plusieurs millions de tonnes à décontaminer », affirme M. Fallu.

En resserrant la réglementation, le gouvernement souhaite agir face aux nombreux déversements illégaux de sols contaminés observés au Québec au cours des dernières années.