/24m/city
Navigation

Monoxyde de carbone dans une école montréalaise: plus de la moitié des élèves ont présenté des symptômes

Monoxyde de carbone dans une école montréalaise: plus de la moitié des élèves ont présenté des symptômes
Photo Agence QMI, MAXIME DELAND

Coup d'oeil sur cet article

Ce sont finalement 124 jeunes de l'école des Découvreurs qui ont présenté des symptômes d'intoxications à la suite de la fuite de monoxyde de carbone survenue le 14 janvier dernier.

• À lire aussi: Une école est encore perturbée après l’intoxication au CO 

Dans son bilan, la Santé publique de Montréal mentionne que 53 des 193 enfants qui fréquentent l'école des Découvreurs ont consulté un médecin. De plus, 124 élèves ont rapporté des symptômes d'intoxication à la suite de l'exposition au monoxyde de carbone (CO) et 24 d'entre eux ressentaient toujours des symptômes près de huit semaines après les événements.

L'évaluation par un pédiatre des élèves de l'école des Découvreurs au centre d'évaluation neurologique transitoire a confirmé que la majorité d'entre eux étaient rétablis.

Des maux de tête, de la fatigue, des atteintes auditives et des troubles visuels étaient les symptômes les plus souvent observés chez les élèves par le pédiatre.

Les symptômes anxieux notés lors de l'évaluation n'étaient pas considérés par le pédiatre comme liés à l'exposition au CO, mais associés à l'aspect traumatique de l'incident.

Un centre d'évaluation neurologique transitoire a été tenu pour les enfants qui fréquentent l'école des Découvreurs, à la fin février, afin d'offrir une évaluation post-exposition dans le but de statuer sur la nécessité ou non d'assurer une prise en charge par le réseau de la santé.

Détecteur de CO certifiés dans moins de 10 % des établissements

En 2017, Santé publique de Montréal a répertorié que près de 94 % des écoles publiques et privées possédaient au moins une source potentielle de monoxyde de carbone situé à l'intérieur de l’édifice.

Cette source provient d'équipement qui fonctionne le plus souvent au gaz naturel. Seulement 10 % de ces établissements détenaient lors du sondage un détecteur de monoxyde de carbone certifié.

Également, pour 20 % des installations qui avaient une source potentielle de monoxyde de carbone, aucun programme d'entretien et d'inspection régulière n'était en place.

Selon les informations fournies par la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, l'école des Découvreurs possédait un programme d'entretien et d'inspection de ses installations de chauffage.

Le Dr Maxime Roy, médecin-conseil à la direction régionale de la santé publique de Montréal (DRSP), a indiqué qu’idéalement, chaque école devrait posséder un détecteur de monoxyde de carbone à proximité du système de chauffage relié à une centrale.

Recommandations

La direction régionale de Santé publique de Montréal indique que le gouvernement a fait un pas important dans la prévention des intoxications collectives au CO en rendant obligatoires l'installation d'un détecteur de CO fonctionnels et l'inspection des systèmes de chauffage utilisant un combustible dans l'ensemble des écoles du Québec.

Dans les prochains mois, Santé publique Montréal sollicitera de nouveau les commissions scolaires et les écoles privées du territoire montréalais pour faire un nouveau portrait à jour à la suite de l'application des directives ministérielles.